Accueil Battle's guitar
le choix d'un vibrato flottant




Tout d'abord, qu'est ce qu'un vibrato ?

Le vibrato est une modulation périodique du son d'une note de musique. La nature de cette modulation (purement de hauteur ou le pitch) dépend de la nature de l'instrument et de la technique qu'utilise le musicien. L'effet vibrato est le premier effet à avoir été créé de manière électronique. Il consiste à prendre le signal de l'instrument et de varier rapidement sa fréquence. En d'autres termes, on fait varier la hauteur du son autour de sa tonalité.

Floyd Rose est avant tout le nom d'un mécano qui a créé sa boîte de facture de pièces métalliques pour guitare et développé principalement une marque de vibrato pour guitare, devenue avec le temps un nom commun. À la question qu'est-ce qu'un vibrato dans le contexte "guitare électrique" : c'est un système de chevalet qui permet de baisser voire de monter la hauteur de la note jouée, par l'intermédiaire d'une tige : on pousse dessus vers la table, la note descend, on tire, la note monte.

Battle's guitar

Les blocs de Vibrato sous licence Floyd Rose ont été copiés mais rarement égalés - certaines amméliorations apportées ont permis de développer certaines modes, notamment en ce qui concerne les modèles Ibanez

Comme sur le modèle Fender, le vibrato Floyd Rose possède un bloc cordier-chevalet qui est mobile. Un certain nombre de ressorts (3 en standard) dans le corps de la guitare compense la tension des cordes et maintient l'ensemble en équilibre. En agissant sur le bras, le système bascule en avant ou en arrière, ce qui change la hauteur de la note jouée. Le revers de cette grande stabilité est qu'il est bien plus compliqué de changer une corde ou d'accorder la guitare. Si une corde casse pendant un concert, il n'est en général plus possible de continuer à jouer : la tension des cordes ayant changé, le vibrato n'est dans sa position d'équilibre voulue. L'accord de la guitare est modifié et le changement de la corde cassée ne peut être fait qu'avec des outils.

Un peu d'histoire

Le vibrato est apparu dans le courant des années 40 dans les ateliers de réparation de moto de Paul Bigsby d'où sont design plutôt massif. Le vibrato flottant (la référence des vibratos) est né en 1954 dans les ateliers de lutherie de Léo Fender et fit son apparition la même année avec la sortie de la Fender Stratocaster. Il s'est perfectionné dans les années 70 notamment grâce à Hendrix qui fut l'un des premiers à en exploiter les sonorités dans ses morceaux.

Des abus d'utilisation conduisant à perdre régulièrement la justesse d'accordage de l'instrument, comme de la volonté d'aller plus loin avec cet accessoire, sont nés les premiers essais de construction du vibrato Floyd Rose.

En 1977, le mécanicien Rose mit au point un type de vibrato qui permettait alors un mouvement aussi bien en avant qu'en arrière, et qui allait être très utilisé par les guitar-heroes dans le hard-rock, le métal (styles qui pointaient le bout du nez à cette époque).

Battle's guitar

Le TremKing kit est prisé en remplacement du Fender Original Tremolo mais il nécéssite un petit amégement de la guitare (défonce de la caisse + cavités de support des couteaux).

Dans le système inventé par Floyd Rose, l'axe du chevalet est "plus bas" que la table, permettant ainsi un plus grand champ d'action. C'est le système le plus typé, dédié essentiellement aux solos en son saturé, on le trouve également dans sa version originale comme dans des copies sous licence sur différents modèles de plusieurs marques (Kramer, Hamer, Ibanez, Fender, Vigier, Squier, Jackson, Dean guitars, Lag, ESP ou encore Gibson...).

Le vibrato Floyd Rose est une évolution par rapport à celui de Bigsby ou même Fender. Son inventeur, Floyd D. Rose, voulait développer un vibrato qui ne désaccorde pas la guitare lorsqu'on l'utilise. Pour cela, il a ajouté deux mécanismes de blocage des cordes, un au niveau du sillet, et l'autre au niveau du chevalet. Les cordes ne peuvent ainsi plus bouger au niveau des enroulements autour des mécaniques d'accordage, ni au niveau du chevalet. Les cordes bloquées, il n'est plus possible d'accorder la guitare, Floyd Rose a donc ajouté des accordeurs fins au niveau du chevalet, à la manière du violon.

C'est à Bigsby que revient l'invention du module qui permet de jouer sur la hauteur de la corde ou plutôt de l'ensemble des cordes. Cependant, Fender a développé le "tremolo" sur sa Stratocaster (nommé ou traduit à tort puisqu'un tremolo est une variation du volume et non de la hauteur des notes) ou encore le B-Bender, système dédié à la corde de Si précisément inventé pour les besoins exprimés par les joueurs de country.

Les premiers systèmes de vibrato présentaient des inconvénients importants :

Lorsqu'on joue normalement, les cordes restent dans une tension correspondant à leur tension initiale d'environ 10kg par corde pour un jeu standard en 10-46. Des bends sont possibles, mais à moins de tourner les mécaniques au cours du jeu, ou "jouer" sur la jonction corps-manche en forçant et tirant ce dernier vers l'avant (peu recommandé), la hauteur des notes jouées n'est pas modifiée.

Battle's guitar

Mécaniques à blocages

Mais si on actionne le levier du vibrato vers l'avant, la tension est altérée (diminuée) et le son qui en découle aussi. L'effet obtenu est celui d'une note qui perd sa justesse et descend dans les fréquences (devient plus grave). Le son est plus net qu'un simple "glissé" ou qu'une note jouée et descendue au slide.

À contrario, la note peut être jouée lorsque le vibrato est abaissé, et là, le retour du bloc à la position initiale conduit au changement de fréquence amenant la note dans les aigus. L'effet est encore plus saisissant avec des harmoniques, aigües par essences, elles deviennent suraigües au point que l'on n'obtient ces notes qu'en dehors du manche, via un slide ou bottleneck, un dé à coudre (cf. Ron Thal) ou une whammy.

Enfin, lorsque le vibrato est horizontal, il peut, dans certains cas, être tiré vers l'arrière pour monter artificiellement les notes et obtenir cet effet depuis une note "frettée" au préalable. Le battement toléré pour un bloc de vibrato standard est augmenté lorsqu'un vibrato à couteaux est monté, et il est même creusé une cavité pour certains vibratos comme ceux conçus par Floyd Rose.

En effet, un ou plusieurs ressorts sont là afin de remettre en place le vibrato dans son axe de base. La tension des cordes peut varier considérablement selon l'utilisation et suivant le type de vibrato, et il n'est pas rare d'avoir des problèmes de justesse avec une guitare équipée d'un vibrato standard (guitare difficile à accorder, guitare qui se désaccorde facilement...).

L'invention de Floyd Rose est destinée principalement à développer un système qui garantit la tenue de l'accordage au niveau des principaux points d'action : les ressorts, les mécaniques et le bloc chevalet.

Les limites du vibrato standard

Un vibrato est réglé par rapport à une certaine tension de cordes, et donc en fonction du tirant de cordes retenu. Le simple fait de changer de tirant (passer du 9-42 au 9-46 par exemple) va avoir une influence sur l'équilibre entre la tension des cordes et celle des ressorts du vibrato, et un réglage sera alors nécessaire.

Afin de ne plus rencontrer ces problèmes, les guitaristes ayant un vibrato standard ont rapidement décidé de ne plus le rendre flottant, en plaquant (vissant) le vibrato contre la table de la guitare, ce qui condamne alors l'utilisation du vibrato ! Il devient fixe en ne propose qu'un faible débattement vers l'avant, et un retour à l'accordage approximatif.

Battle's guitar

Le sillet à blocage des cordes et l'indispensable Clé Allen

Les mécaniques et le sillet jouent également un rôle important dans la tenue de l'accordage d'un instrument. Il existe plusieurs palliatifs à ce problème de récupération de la tension initiale des cordes (et donc de la justesse de l'accordage global) après avoir utilisé un vibrato :

Dans tous les cas, il est important d'avoir de bonnes mécaniques sur une guitare (équipée ou non d'un vibrato flottant) car un dispositif de blocage n'est pas systématiquement serré et que le "jeu" dans les mécaniques ne donnera jamais de bons résultats en termes de tenue d'accord. De même, la manière de monter et d'enrouler les cordes sera primordiale. Enfin, la taille des cordes qui a une incidence sur le son, conduira certes à plus de tension si elle augmente, mais également à une meilleure stabilité générale de l'accordage.

Le blocage des cordes

Il est courant de disposer d'un dispositif de sillet bloque-cordes sur les guitares équipées d'un vibrato Floyd Rose. C'est un équipement qui fait partie du kit, du tremolo unit. De ce fait, les mécaniques ne sont pas aussi importantes, le sillet jouant le rôle du blocage.

La contrainte est de permettre un ajustement de l'accordage une fois que tout est bloqué : la tension peut varier avec des cordes usées ou lorsqu'un réglage n'est pas parfait. C'est alors le "fine tuner" qui permettra une petite action sur la justesse de la note en agissant sur la tension de la corde directement au niveau du pontet et non au niveau de la mécanique.

Le sillet bloque cordes permet non seulement de maintenir une longueur de corde entre deux points de serrage, ce qui garantit la tenue d'accord, mais il conduit à éviter un phénomène relativement perturbant lorsqu'il est rencontré avec un vibrato standard : le déroulement de la corde autour de la mécanique.

En effet, lorsque la tension est complètement relâchée, que la barre de vibrato est abaissée à fond, les ressorts tendus au maximum et le bloc ramené vers l'avant (effet de dive bombing), les cordes viennent certes se plaquer contre les plots des micros qui les aimantent. Celles qui sont enroulées au plus proche du sillet, comme la corde de Mi grave en accordage standard sur une tête non inversée qui ne forme que quelques spires autour de la mécanique du fait de la grosseur du tirant, peuvent carrément "sauter" de l'axe d'enroulement, ce qui complique le retour à la position initiale... la corde sort de son axe de maintien.

Le sillet bloque corde est surmonté d'une barre de rétention qui contraint, au même titre que les œillets des têtes Fender, les cordes à rester dans un axe parallèle à la tête dès que le sillet est franchi, et ce afin de minimiser les points de tension, répartir les forces exercées sur l'angle tête-manche, et assurer une forme de sécurité pour "contrer" ces désagréments.

Battle's guitar

Vibrato Floyd Rose avec les différentes pièces numérotées

Le vibrato de Floyd Rose d'origine est composé des parties suivantes :

  1. chevalet-cordier - partie communément appelée le "pontet".
  2. vis de blocage - maintient la corde au cordier.
  3. vis de réglage - cette vis permet de régler l'intonation. En desserrant la vis, le support peut être déplacé de quelques millimètres. Une clef Allen est nécessaire pour son ajustement.
  4. accordeur fin - vis pour accorder précisément chaque corde.
  5. bras de vibrato - grâce à celle-ci, le vibrato peut être bougé pendant qu'on joue, pour modifier la hauteur des notes jouées.
  6. blocage de sillet - le sillet est placé sur la tête du manche de la guitare avec les mécaniques pour maintenir les cordes. Il faut soit une clé Allen, soit un tournevis pour bloquer les cordes sur le sillet.
  7. guide - barre de métal vissé sur la tête de la guitare pour que les cordes arrivent avec un angle bien précis sur le sillet.
  8. ressorts - les ressorts se situent dans le corps de la guitare et compensent la tension des cordes. Le vibrato est ainsi maintenu dans une position d'équilibre. Suivant le calibre des cordes utilisées, jusqu'à cinq ressorts peuvent être installés.
  9. support des ressorts - les ressorts y sont accrochés. Grâce à deux vis, ce support peut être réglé de telle sorte qu'au repos le vibrato soit dans une position flottante correcte.
  10. clef Allen - un tel vibrato a besoin en général de trois clés différentes pour changer une corde.

Avantages et inconvénients du Floyd Rose

C'est donc dans un premier temps pour permettre une amplitude plus grande de débattement que le Floyd Rose a été inventé. Cependant, rapidement les désagréments liés à l'approximatif retour à la position initiale a conduit à pourvoir l'installation d'accessoires indispensables comme la barre de rétention des cordes et le sillet bloque-cordes.

Comparé à un vibrato standard, un Floyd permet d'abaisser la note jouée à son maximum (dive bombing), c'est-à-dire jusqu'à la détente totale de la corde qui plaquera alors contre le micro dans un fracas chargé de fréquences basses !

Mais cette amplitude est inversée et permet aussi de "monter" la note à près de deux octaves au-dessus dans les cas les plus extrêmes d'harmoniques. En effet, le rapport d'une octave avec la hauteur d'une note déjà aigüe se traduit sur une longueur (tension) de quelques millimètres : l'harmonique d'un mi aigu joué en 24ième case sur la chanterelle est facilement obtenue quelques millimètres plus loin sur la même corde. Pour un Mi grave de la plus grosse corde jouée à vide, ce sera quelques dizaines de centimètres plus loin que le même effet sera produit (généralement à la 24ième case sur la même corde si la guitare est bien réglée et sans jouer d'harmonique).

Battle's guitar

Le réglage idéal (cas A) correspond à un point d'équilibre qui répartit les forces et tensions entre cordes et ressorts. Une mauvaise inclinaison (cas B ou C) a un impact sur la tension des ressorts ou l'usure des cordes, voire des couteaux du bloc de vibrato, et évidemment sur l'amplitude de jeu du vibrato.

L'amplitude sur la montée de la note est donc obtenue artificiellement en fonction de la cavité creusée dans le corps permettant au bloc de vibrato un plus grand débattement arrière. On atteint généralement des résultats surprenants, parfois suraigus pour des montées d'un ton ou deux... Cet effet inséré dans le jeu est assez simple à "travailler" et se substitue efficacement à un slide ou un glissé...

Autre avantage du Floyd Rose : la tenue de l'accordage. Du fait de ses faiblesses, le Floyd a dû pallier par des dispositifs de blocage des cordes les des-accordages intempestifs provoqués par l'utilisation du levier sur une grande amplitude de débattement. Les cordes sont maintenues par des taquets plaqués par des écrous à la fois au niveau de chaque pontet puis par deux au niveau du sillet.

Au cours du jeu, ou avec l'usure, les cordes gagnent en élasticité et peuvent "bouger" et il faut une clé Allen pour libérer le passage au niveau du sillet et utiliser la mécanique pour ajuster l'accordage. Heureusement chaque pontet est pourvu d'un fine-tuner (comme sur les violons) qui, s'il est configuré à mi-course, permettra une action d'ajustement à la hausse comme à la baisse de la tension de la corde sur quelques fractions de ton (un demi-ton) maximum. Il a beau se vendre des kits de fixation des clés Allen à visser à l'arrière de la tête de la guitare, ... rien ne remplace le fine tuner.

Alors que la hauteur de chaque pontet est réglable avec les vibratos standards type Fender Stratocaster, avec un Floyd rose, c'est l'ensemble du bloc qui est positionné et s'enfonce ou dépasse du corps de la guitare. C'est à la fois un avantage, mais aussi un inconvénient : l'action (hauteur des cordes par rapport au manche) peut être très basse sur des manches généralement plats, ce qui garantit une faible pression de la main et favorise le jeu rapide souvent combiné au jeu pimenté de l'action Floyd Rose (typé métal).

La contrainte du réglage de la hauteur des cordes implique à la fois un manche plat et parfaitement concave au niveau de la touche, ainsi qu'un réglage fin de la hauteur des micros ou des plots, ce qui n'est pas vraiment possible sur toutes les guitares. Les Gibson s'y prêtent particulièrement bien, les Fender au manche arrondi (confort de jeu) présentent quelques difficultés d'accueil d'un tel bloc de vibrato.

Battle's guitar

Réglage de la hauteur des cordes... avec la mesure précise au réglet

Si le jeu standard est facilité par la faible hauteur des cordes, certaines pratiques comme le jeu au bottleneck s'en voient plus délicates. Mais qui jouerait ce style de technique avec une guitare montée avec un Floyd Rose ? Il en est de même pour l'ajustement d'un capodastre qui s'avère compliqué (ou mérite une attention particulière) à ajuster mais là encore, mais le Floyd rose n'est pas non plus adapté au style folk ou open-tuning. Enfin, la contrainte de ce type de dispositif sur les tirants de cordes est évidente : un rapport entre tension, choix des ressorts, réglage conduit à utiliser des tirants dans un éventail assez réduit : depuis le 9-42 jusqu'au 10-46 (soit 3 jeux).

En effet, une autre contrainte d'utilisation de ce type de guitares, c'est de ne pas permettre de jouer avec des tirants de cordes trop lourds (10-46 maxi) ni dans un accordage trop descendu, car les équipements Floyd Rose sont conçus pour un accordage "standard" voire d'un demi-ton en dessous et pas pour de l'open-tuning.

De manière "empirique", il a été constaté que les cordes chacune maintenue entre deux points de fixation positionnés horizontalement au corps ne bénéficiaient d'aucune contrainte vibratoire, ce qui favorise le fait qu'elle puisse conduire un son plus puissant aux micros. Toutefois, bien que la conduction du son soit directe, le sustain constaté comme accru n'est effectif que si les puissants micros équipant les guitares qui sont munies d'un Floyd Rose que si ceux-ci sont suffisamment abaissés pour que les micros n'aimantent pas les cordes ... Déjà que l'action est très basse, le fait de disposer de micros près des cordes pour accentuer d'avantage l'attaque coupe ce pseudo sustain.

Je nomme ce phénomène le "pseudo sustain" dans le sens où il est généré plus artificiellement que celui lié à la conduction du manche et de l'accentuation (plus noble) de la vibration au travers des essences sectionnées, tel qu'on peut le rencontrer sur des guitares Gibson solidbody ou hollowbody.

Il subsiste cependant une manifestation physique communément constatée, c'est l'amplification de la vibration de la corde par la cinétique tirée de la masse métallique que constitue la bloc de vibrato : sans entrer dans le détail, la vibration de la corde à vide est accentuée par le fait qu'un des points de fixation soit de densité élevée. Sans pour autant fixer un banc de muscu aux taquets de blocage des cordes sur chaque pontet, on peut considérer que le phénomène présente un avantage pour une guitare disposant d'un vibrato (on ne constate pas ça avec un vibrato standard).

Au cours de l'activation "appuyée" du Floyd Rose, notamment si le vibrato est fortement sollicité, les "retours arrières" sont cependant loin d'être parfaits, même s'ils sont bien mieux gérés qu'avec un vibrato standard. En effet les points de friction ont beau être réduits à 2 couteaux, le battement ample ne permet pas mécaniquement de réduire la zone de frottement, surtout quand le retour à la position initiale (vibrato parallèle à la table d'harmonie) est tributaire du bon fonctionnement de 3 ressorts.

Battle's guitar Battle's guitar

Les ressorts disposés en parallèle permettent une tension plus faible que lorsqu'ils sont en "flèche"...

Inutile de comparer les différentes performances des blocs de vibrato, sur ce point-là, le nombre de ressorts conditionne la force et la justesse du "retour arrière". D'autant que la position de repos est une position d'équilibre entre tension des cordes et tension des ressorts, et que l'on sait que les cordes s'usent, que les ressorts métalliques sont tributaires des lois climatique (rétractation au froid et dilatation à la chaleur).

Un dispositif de "backstop" ou autre "trem locker" est monté de série sur certains modèles de guitare. Il permet de garantir une tension inverse par des ressorts qui compensent la force des ressorts principaux pour garantir le retour arrière et forcer à récupérer le point d'équilibre. Ils engendrent une force minime pour ce qui est de l'action du vibrato vers l'avant (détendre les cordes, abaisser la hauteur des notes). L'adjonction d'un tel dispositif est un plus pour votre justesse, mais ces équipements souvent approvisionnés en pièces détachées sont assez difficiles à trouver et restent relativement coûteux.

Battle's guitar

Le Backstop est installé sous les ressorts disposés en ligne pour assurer une force de retour constante.

Il existe encore une différence supplémentaire entre les guitares au cordier standard (vibrato type Fender ou cordiers tune-o-matic) et celles équipées de Floyd Rose, c'est l'espacement des plots des micros. En effet, du fait de disposer de pontets intégrant un système individuel d'attache de cordes, le Floyd Rose demande un plus grand espacement sur l'écart entre les différentes cordes au niveau du chevalet.

Cet écart se retrouve évidemment dans la conception de la guitare, mais surtout au niveau des plots des micros qui doivent "tomber" en face des cordes. Ainsi typés F dans leurs références, les principaux constructeurs de micros passifs que sont DiMarzio et Seymour Duncan ont étendu leurs gammes respectives, voire développé certaines gammes spécifiquement aux styles métal, style de prédilection du Floyd Rose.

Pour ces différentes raisons, l'installation d'un vibrato de type Floyd Rose en lieu et place d'un vibrato standard reste une opération très compliqué, devant être traitée par un professionnel :

Il découle de ces spécificités des contraintes assez lourdes de réglage tout d'abord, un tel dispositif nécessitant un soin particulier au changement de cordes, mais également pour l'entretien. Les contrôles d'usures sont évidemment plus fréquents et la manipulation se veut plus soignée. S'il offre une réelle forme bien particulière d'expressivité, l'outil contraint à des opérations de maintenance et de réglages particulières qui sont à l'origine de bien des découragements chez les débutants.