Accueil Battle's guitar
les modes




Les différentes techniques (notes à éviter, gammes brisées, arpèges, renversements, ...) proposées pour improviser "en dehors des sentiers battus" sont basées autant sur des notions théoriques d'analyse des écarts et intervalles mathématiques entre les notes, que sur l'apport créatif de l'improvisateur.

Cependant, une autre technique consiste, sur une même tonalité, à décliner une gamme en la commençant sur un degré différent de la tonique ou de la fondamentale. Aussi proche que le concept du renversement applicable aux arpèges, les modes se décomposent sur une gamme en fonction du degré de la note de départ.

Pour un arpège non renversé, toutes les notes jouées semblent attirées vers un point central qu'est la fondamentale. De même, une gamme "posée" sans fioriture sur la tonalité d'un morceau rend inévitable (si l'on ne souhaite pas jouer "out") le passage aux notes caractéristiques très proches de la fondamentale, tierce ou quinte.

Les modes proposent avec plus de recul, une approche des gammes fondées sur les couleurs sonores.

Ainsi, un mode sera à la fois construit sur une gamme, pour bénéficier de sa richesse mélodique, mais aussi sur un accord, et apportera une notion de "couleur harmonique" jusque là mise en jeu par des artifices rythmiques ou mélodiques très mathématiques en fin de compte.

Un mode se veut intimement lié à un accord, et réciproquement.

Prenons une gamme majeure, et déclinons-là 7 fois en commençant chaque fois par la note de la gamme de degré supérieur.

Chaque déclinaison donne lieu à une nouvelle gamme dont la structure et la sonorité est particulière, et qui pourtant est "bâtie" sur la gamme majeure :

À chacune de ces déclinaisons correspond donc une couleur, introduisant des caractéristiques sonores plus riches et ouvrant donc des horizons nouveaux à notre improvisation, tout en utilisant les mêmes positions que celles utilisées dans le jeu de la gamme majeure. On parle alors de modes pour désigner ces degrés de déclinaisons, identifiés logiquement par des chiffres romains, comme pour les degrés d'harmonie basés sur la gamme en question.

Dans la mesure où les notes sont directement rapprochées d'un accord, de façon absolue, le jeu se voit libéré des actions consistant à calculer quelle est la prochaine note éviter ou par quel moyen l'improvisateur retombera sur une note caractéristique afin de ne pas trop "s'éloigner".

L'utilisation des modes, proches des degrés parcourus au travers du tableau modal, reste très simple. Cherchons quel est le mode dorien de l'accord Dm7 (le mode dorien de la gamme RE ? Dans le tableau suivant, il s'agit de la gamme de DO.

  Ionien Dorien Phrygien Lydien Myxolydien Eolien Locrien
Do Do Rém Mim Fa Sol Lam Sidim
  DoM7 Rém7 Mim7 FaM7 Sol7 Lam7 Sim7b5
Fa Fa Solm Lam Sib Do Rém Midim
  FaM7 Solm7 Lam7 SibM7 Do7 Rém7 Mim7b5
Sib Sib Dom Rém Mib Fa Solm Ladim
  SibM7 Dom7 Rém7 MibM7 Fa7 Solm7 Lam7b5
Mib Mib Fam Solm Lab Sib Dom Rédim
  MibM7 Fam7 Solm7 LabM7 Sib7 Dom7 Rém7b5
Lab Lab Sibm Dom Réb Mib Fam Soldim
  LabM7 Sibm7 Dom7 RébM7 Mib7 Fam7 Solm7b5
Réb Réb Mibm Fam Solb Lab Sim Dodim
  RébM7 Mibm7 Fam7 SolbM7 Lab7 Sim7 Dom7b5
Solb Solb Labm Sibm Dob Réb Mibm Fadim
  SolbM7 Labm7 Sibm7 DobM7 Réb7 Mibm7 Fam7b5
Fa# Fa# Sol#m La#m Si Do# Ré#m Mi#dim
  Fa#M7 Sol#m7 La#m7 SiM7 Do#7 Ré#m7 Mi#m7b5
Si Si Do#m Ré#m Mi Fa# Sol#m La#dim
  SiM7 Do#m7 Ré#m7 MiM7 Fa#7 Sol#m7 La#m7b5
Mi Mi Fa#m Sol#m La Si Do#m Ré#dim
  MiM7 Fa#m7 Sol#m7 LaM7 Si7 Do#m7 Ré#m7b5
La La Sim Do#m Mi Fa#m Sol#dim
  LaM7 Sim7 Do#m7 RéM7 Mi7 Fa#m7 Sol#m7b5
Mim Fa#m Sol La Sim Do#dim
  RéM7 Mim7 Fa#m7 SolM7 La7 Sim7 Do#m7b5
Sol Sol Lam Sim Do Mim Fa#dim
  SolM7 Lam7 Sim7 DoM7 Ré7 Mim7 Fa#m7b5

L'analyse mélodique

L'improvisation modale nécessite de compléter exhaustivement notre science des intervalles, et pour cela, reprenons notre gamme originale de DO majeur sur deux octaves pour en numéroter tous les degrés.

9 neuvième sorte de seconde rejetée à l'octave
11 onzième similaire à la quarte
13 treizième associable à la sixte

Nous avions besoin de connaître l'apport de ces 3 notes à l'octave, non comprises dans les accords de base (fondamentale - tierce - quinte - septième) jusqu'alors étudiés, pour mieux anticiper le rôle de ces notes "à l'octave" qui le sont moins dans les accords enrichis que nous allons maintenant considérer.

En effet, les notes "spéciales" sont des notes associées à des secondes, quartes ou sixtes, donc à des notes ne figurant pas dans les accords de 4 sons analysés depuis le début de cette rubrique. Cependant, nous en avons besoin pour étudier l'analyse mélodique, qui consiste à décrypter les différents intervalles formés par la voix mélodique et les accords.

L'analyse mélodique nous aide, à défaut de trouver la tonalité exacte du morceau, à connaître l'intervalle différenciant une note identifiée jouée sur un accord reconnu.

En ayant cela à l'esprit, voyons quelques exemples. Commençons d'abord par un lydien sur fa. L'armure de fa majeur comprend un bémol - si bémol. Augmentez le 4ème degré de la gamme (changez si bémol en si bécarre), et vous obtiendrez le mode lydien sur fa.

Battle's guitar

Transposons à présent cela sur un autre degré, disons do. L'armure de do majeur ne comporte ni dièse, ni bémol ; si vous poussez le 4ème degré de la gamme (en transformant le fa en fa dièse), vous obtenez le mode lydien sur do.

Battle's guitar

Transposons-le en mi bémol majeur (trois bémols à la clef). Augmentez le 4ème degré de la gamme (le la bémol devient la bécarre), et vous avez le mode lydien sur mi bémol.

Battle's guitar

Voyons le mode dorien sur ré. Souvenez-vous : le dorien est une gamme mineure avec une sixte majeure. L'armure de ré mineur ne comprend qu'un bémol - si bémol. C'est le relatif mineur de fa majeur). Augmentez le 6ème degré de la gamme (changez si bémol en si bécarre), et vous obtenez le mode dorien de ré.

Battle's guitar

Transposons cela en do. La tonalité de do mineur comporte trois bémols (c'est le relatif mineur de mi bémol majeur). Augmentez le 6ème degré de la gamme (changez la bémol en la bécarre) : vous avez à présent le mode dorien sur do.

Battle's guitar

Vous voyez combien il est important d'assimiler les gammes mineures et majeures, ainsi que leurs armures. Je ne saurais trop vous conseiller de vous procurer un diagramme du cycle des quintes, et de réviser vos gammes majeures et mineures, avec les armures correspondantes.

Écrivez les modes dans toutes les tonalités possibles, jouez-les et écoutez-les en vous concentrant sur la qualité unique de chacun (c'est-à-dire la quarte augmentée du lydien, etc.).

Avec un peu de pratique, vous parviendrez facilement à jouer vos modes, et à les transposer sur n'importe quel degré.

Ce qui nous laisse une dernière question : et après ? Comment mettre en oeuvre cette connaissance dans la vraie musique ?

Il est fondamental que vous essayiez de penser la modalité comme une sorte de son horizontal, basé sur la superposition de couches de combinaisons de notes modales, plutôt que la structure harmonique hiérarchique inhérente aux enchaînements harmoniques.

En particulier, c'est en exploitant la qualité unique de chaque mode que le jeu modal acquiert un caractère aussi distinct.

C'est la seconde mineure du mode phrygien qui lui donne sa sonorité exotique. Il en est de même pour la sixte majeure du dorien, la quarte augmentée du lydien, la septième mineure du myxolydien, et le caractère diminué du locrien.