Accueil Battle's guitar
la gamme majeure




Introduction à la gamme majeure

Comme nous avons évoqués les accords, par une approche simpliste des règles harmoniques, nous allons analyser les gammes, leurs règles de construction, leurs déclinaisons, mais aussi étudier plus particulièrement celles qui sont les plus utilisées.

Au travers des paragraphes ci-après, la notation utilisée fera appel à un mélange de la notation anglo-saxonne pour les accords (CM7, Dm7, G7, ...) et du formalisme latin pour les notes en minuscule (mi, fa, sol, ...) et les gammes en majuscule (Do majeur, Fa mineur ou Fam, ...).

Les chiffrages des degrés se fera par les chiffres arabes (1, 2, 3, ...) et celui des accords et des cadences en chiffres romains (I, II, III, ...).

Toute la musique occidentale, qu'il s'agisse de musique classique, jazz, blues, rock, folk, hard rock, ... est basée sur une échelle de 7 notes appelée gamme diatonique majeure.

Les notes de cette gamme forment une succession d'intervalles de tons (notés 1) et de demi-tons (notés 1/2). La note de départ désignant cette gamme est la tonique notée T :

T 1 1 ½ 1 1 1 ½

Le chiffrage suivant permet de mieux identifier chaque note de la gamme majeure :

T 2 3 4 5 6 7M

... où l'on retrouve les correspondances suivantes par rapport à la tonique ou la tonique à l'octave au-dessus :

1   tonique tonique ou octave
2 seconde 1 ton au-dessus de la tonique sus-tonique
3 tierce majeure 2 tons au-dessus de la tonique médiante
4 quarte 2 tons et ½ au-dessus de la tonique sous-dominante
5 quinte 3 tons et ½ au-dessus de la tonique dominante
6 sixte 1 ton et ½ en dessous de la tonique sus-dominante
7M septième majeure ½ ton en dessous de la tonique sensible

À ces 7 notes, il convient d'en ajouter 3 autres qui vont jouer un rôle d'importance elles aussi :

3m tierce mineure 1 ton ½ au-dessus de la tonique
b5 quinte bémol 3 tons au-dessus de la tonique
7 septième 1 ton en dessous de la tonique

Remarques : la tonique peut aussi être représentée par le chiffre 1, la tierce mineure par b3, la septième majeure par 7 et donc la septième mineure par b7.

C'est donc par abus de notation qu'il y a incohérence, selon les ouvrages, entre la désignation de la tierce et de la septième...

Relation gamme majeure - accords

Battle's guitar

La construction d'accords de 3 sons en partant de chacun des degrés de la gamme de DO, se décline de la manière suivante :

De même, avec des accords de 4 sons, la gamme de DO se décline ainsi :

Battle's guitar

Le premier accord C de degré I est constitué des notes : do, mi et sol.
Le deuxième accord Dm de degré II est constitué des notes : ré, fa et la.
Le troisième accord Em de degré III est constitué des notes : mi, sol et si.
Le quatrième accord F de degré IV est constitué des notes : fa, la et do.
Le cinquième accord G de degré V est constitué des notes : sol, si et ré.
Le sixième accord Am de degré VI est constitué des notes : la, do et mi.
Le septième accord Bdim de degré VII constitué des notes : si, ré et fa.
Le premier accord CM7 de degré I est constitué des notes : do, mi, sol et si.
Le deuxième accord Dm7 de degré II est constitué des notes : ré, fa, la et do.
Le troisième accord Em7 de degré III est constitué des notes : mi, sol, si et ré.
Le quatrième accord FM7 de degré IV est constitué des notes : fa, la, do et mi.
Le cinquième accord G7 de degré V est constitué des notes : sol, si, ré et fa.
Le sixième accord Am7 de degré VI est constitué des notes : la, do, mi et sol.
Le septième accord Bm7b5 de degré VII constitué des notes : si, ré, fa et la.

La déclinaison d'autres gammes sur des accords de 3 ou 4 sons, donnent lieu au tableau modal suivant:

  I II III IV V VI VII
Do Do Rém Mim Fa Sol Lam Sidim
  DoM7 Rém7 Mim7 FaM7 Sol7 Lam7 Sim7b5
Fa Fa Solm Lam Sib Do Rém Midim
  FaM7 Solm7 Lam7 SibM7 Do7 Rém7 Mim7b5
Sib Sib Dom Rém Mib Fa Solm Ladim
  SibM7 Dom7 Rém7 MibM7 Fa7 Solm7 Lam7b5
Mib Mib Fam Solm Lab Sib Dom Rédim
  MibM7 Fam7 Solm7 LabM7 Sib7 Dom7 Rém7b5
Lab Lab Sibm Dom Réb Mib Fam Soldim
  LabM7 Sibm7 Dom7 RébM7 Mib7 Fam7 Solm7b5
Réb Réb Mibm Fam Solb Lab Sibm Dodim
  RébM7 Mibm7 Fam7 SolbM7 Lab7 Sibm7 Dom7b5
Solb Solb Labm Sibm Dob Réb Mibm Fadim
  SolbM7 Labm7 Sibm7 DobM7 Réb7 Mibm7 Fam7b5
Fa# Fa# Sol#m La#m Si Do# Ré#m Mi#dim
  Fa#M7 Sol#m7 La#m7 SiM7 Do#7 Ré#m7 Mi#m7b5
Si Si Do#m Ré#m Mi Fa# Sol#m La#dim
  SiM7 Do#m7 Ré#m7 MiM7 Fa#7 Sol#m7 La#m7b5
Mi Mi Fa#m Sol#m La Si Do#m Ré#dim
  MiM7 Fa#m7 Sol#m7 LaM7 Si7 Do#m7 Ré#m7b5
La La Sim Do#m Mi Fa#m Sol#dim
  LaM7 Sim7 Do#m7 RéM7 Mi7 Fa#m7 Sol#m7b5
Mim Fa#m Sol La Sim Do#dim
  RéM7 Mim7 Fa#m7 SolM7 La7 Sim7 Do#m7b5
Sol Sol Lam Sim Do Mim Fa#dim
  SolM7 Lam7 Sim7 DoM7 Ré7 Mim7 Fa#m7b5

Mentionnons juste pour l'instant que les toniques sont classées par intervalle constant d'une quarte (2 tons ½).

Il existe donc plusieurs types d'accords, distingués par une suite d'intervalles qui le composent :

majeur 1 3 5  
mineur (m) 1 3m 5  
diminué (dim) 1 3m b5  
septième majeure (M7) 1 3 5 7M
mineur septième (m7) 1 3m 5 7
septième (7) 1 3 5 7
mineur septième quinte bémol (m7b5) 1 3m b5 7

Pour résumer ce tableau, représentons le moyen technique de le retenir et le composer :

I II III IV V VI VII
M m m M M m dim
M7 m7 m7 M7 7 m7 m7b5

Pour ce qui est de son utilisation, il existe une seule règle définie par les trois étapes suivantes :

La tonalité de base du morceau doit être déterminée avant de procéder à l'analyse harmonique. Cette information est définie par le nombre de dièses et de bémol à la clé, sur la partition.

Nombre de dièses à la clé Nom des dièses Tonalité majeure de
1 fa# SOL
2 fa# do# RE
3 fa# do# sol# LA
4 fa# do# sol# ré# MI
5 fa# do# sol# ré# la# SI
6 fa# do# sol# ré# la# mi# FA#
7 fa# do# sol# ré# la# mi# si# DO#
Nombre de bémols à la clé Nom des bémols Tonalité majeure de
1 sib FA
2 sib mib SIb
3 sib mib lab MIb
4 sib mib lab réb LAb
5 sib mib lab réb solb REb
6 sib mib lab réb solb dob SOLb
7 sib mib lab réb solb dob fab DOb

De même, le cycle de quartes introduit par le tableau modal, permettra de travailler les gammes, les modes et les accords et ainsi de comprendre les règles de construction définies dans cette méthode :

Battle's guitar

De gauche à droite, les notes s'enchaînent par quintes, et dans l'autre sens, par quartes.

Ce cycle est généralement représenté sous la forme d'un cercle. On retrouve également le nombre de dièses (fa#, do#, sol#, ...) et de bémols (sib, mib, lab, ...).

Si l'on improvise sur une grille d'accords non connue, il n'y a plus réellement de technique à proprement parler, sinon celle de l'oreille.

En travaillant l'oreille par la pratique de l'instrument et l'apprentissage de la reconnaissance des cadences, le jeu se voit de toute façon amélioré.

Il existe l'éternelle méthode du repérage sur le manche et de la connaissance des intervalles sur le manche. Qui n'a jamais essayé de retrouver les accords d'un morceau en jouant les basses sur les deux premières cordes ? Mais on ne parle plus de théorie, mais d'approximation !

Les notes à éviter

En général, la première difficulté va consister à se libérer du son "gamme" qui a tendance à appauvrir l'improvisation. Plusieurs techniques consistent à préparer l'improvisation par l'anticipation des notes à jouer ou à éviter.

La technique des notes à éviter sur un contexte harmonique fixé, est une extension de la technique du saut de note. On évitera de jouer en priorité les notes de la gamme qui ne se superposent pas particulièrement bien à tel ou tel accord de la progression.

Ainsi, dans la gamme de DO, la note fa (quatrième degré ou sous-dominante) ne se superpose pas vraiment bien sur les accords C et Em7. De même, la tonique do, donne la même impression sur les accords G7 ou Bdim et Bm7b5.

Note à éviter Degré de l'accord
1 (tonique) V ou VII
4 (sous-dominante) I, III ou VI
7M (sensible) II

Attention toutefois, car les notes dites "à éviter" ne sont pas à exclure intégralement du jeu. Leur usage demande simplement beaucoup de précaution ! Il s'agit donc de ne pas leur donner trop d'importance en ne faisant pas aboutir de plan sur elles ou en ne les laissant pas durer, par exemple.

Les notes caractéristiques

Si certaines notes sont à éviter, d'autres seront, au contraire, éminemment bienvenues. Elles sont baptisées notes "caractéristiques". En fonction de la phrase improvisée, dans la tonalité retenue, certaines notes renforcent l'emploi d'un accord particulier:

Accord de base Structure Notes caractéristiques
M7 1 3 5 7M 3 et 7M
m7 1 3m 5 7 3m et 7
7 1 3 5 7 3 et 7
m7b5 1 3m b5 7 b5, 3m et 7

Observons que la tonique et la quinte, présentes au sein de tous les accords (avec une malingre exception pour le m7b5, ne peuvent réellement les distinguer les unes des autres d'une manière essentielle. En revanche, les septièmes (7M et 7) et surtout les tierces (3 et 3m) jouent un rôle excessivement important.

Les chromatismes confèrent à une gamme, des colorations variées. Par exemple, en DO, les séquences mi-fa et si-do induisent une "coloration orientale".

Les intervalles disjoints, plus grands qu'une tierce (2 tons minimum) permettent "d'aérer et ouvrir" le jeu en gamme majeure.

Les répétitions de notes et les variations d'intervalles rythmiques permettent de couper la linéarité d'une gamme. Ces écarts rythmiques sont liés à l'interprétation et donc plus relatifs au feeling et à la technique (voire la pratique) qu'à une méthode à proprement parler.

Il en découle le diagramme suivant :

Battle's guitar