Accueil Battle's guitar
évaluer le prix du matériel




Comment estimer le coût du matériel ?

Pour des besoins aussi divers que variés, il est souvent utile de revenir "un peu sur terre" et de se poser la question suivante "Combien peut valoir ce truc ?"... On cherche toujours à bien estimer la valeur de sa transaction, qu'il s'agisse de :

Il ne faut évidemment pas oublier que pour la plupart d'entre nous, la guitare est un loisir, ce n'est pas un équipement professionnel, au même titre qu'un menuiser passe l'acquisition d'un marteau chez Castorama en note de frais. Alors évidemment, le matos est cher, mais le rapport avec son matériel est également différent du rapport que l'on a avec son "outil" de travail.

Et il existe également une règle qui consiste à estimer le coût des loisirs : le set d'un guitariste est certes assez coûteux, mais en fin de compte probablement moins que celui d'un batteur du même niveau... et si l'on compare avec d'autres loisirs, un passionné de modélisme ou de courses automobile va probablement investir plus dans sa passion qu'un simple mélomane... Celui qui court sur les pistes de ski aux premières neiges de l'automne aura dépensé beaucoup plus en fin de saison entre transports, locations, matériel et forfaits.

C'est de toute évidence difficile à comparer avec d'autres loisirs, d'autres pratiques culturelles, soit en en termes d'investissement, soit en termes de durabilité ou de rentabilité de l'achat. La guitare est un monde, même si elle s'apparente à beaucoup d'autres pratiques musicales, elle constitue également une catégorie bien à part, bénéficiant d'un plus grand engouement que les passionnés de triangle ou de hautbois, surfant également sur les courants musicaux et les phénomènes modes et marketings associés... Les parents qui investissent dans du matos pour permettre à leur ado de vivre sa nouvelle passion, affichent parfois des réticences justifiées quant à la somme à investir, et, faute de connaissances, craignent d'acheter d'occasion...

C'est aussi pour ces raisons de mode et le côté éphémère du phénomène que l'on constate quelques abdications de la part des néophytes. Ce découragement du débutant sera évidemment "douloureux" pour le porte-monnaie : pour un set de base, il s'agit d'investir une forte somme (en tout cas plus que pour un harmonica) et l'abandon conduira à une perte rapide d'argent. Le matériel des débutants se revend très bien sur leboncoin.fr ou chez Ca$hConverter$ (en tout cas mieux qu'un harmonica), ce qui le rend, au final moins douloureux. Mais l'effet de mode qui propulse tous les garçons de 10 ans chez les profs de guitare ne s'est pas vraiment produit depuis plusieurs décades, il n'y a pas de crainte à avoir !

Un instrument neuf

Les guitares neuves semblent systématiquement surévaluées... Pour un débutant, c'est une question principale que de mesurer convenablement le fait d'investir 300 € dans un instrument sans avoir la certitude que l'investissement sera durable dans le temps : on peut ne pas accrocher, ça peut décourager, on peut tout abandonner au bout d'un mois. Pour un guitariste plus aguerri, un instrument neuf a souvent fait l'objet d'une comparaison avec d'autres modèles, d'autres marques, d'autres prix, et des références se créent ainsi, avec des "fourchettes" qui délimitent l'investissement.

Ce sont ces "fourchettes" qu'il s'agit de gérer au mieux, d'autant qu'en boutique (inutile pour la vente via Internet) il est parfois possible de négocier une remise, ou un changement de gamme qui reste dans la même fourchette de prix, dans l'esprit "roulez surclassé au même prix". D'autant qu'un bon vendeur cherchera parfois à renouveler son stock, proposer de "rogner" un peu sa marge pour finir par vendre un instrument neuf, même s'il est de la gamme au-dessus, et pour la simple raison qu'il est en magasin depuis longtemps. Enfin, il va naturellement chercher à fidéliser son client, et s'assurer, par le geste commercial, qu'il ne fera pas de détour ailleurs pour acheter ses cordes, son ampli, ... C'est devenu rare, mais le commerce, ça existe encore parfois !

D'autant qu'un matériel acquis neuf n'est pas systématiquement autour de 300 € (et que la marge est relativement faible comparée à un modèle à 800 €) et qu'une guitare électrique de marque en entrée de gamme garantit :

Battle's guitar

On trouve des guitares moins chères, à moitié prix, même, mais là, il ne faut pas s'attendre à des miracles, c'est souvent un instrument :

De quoi se composent les guitares à 150 €, 300 € comparées à celles à 700 € et au-delà ? Les principales différences viennent des trois grands axes d'économie :

Une guitare montée aux Etats-Unis ou Canada passe par de nombreuses étapes de sélection des matériaux et de contrôle de la qualité des accessoires ou de l'électronique. Ces étapes viennent influer sur le prix direct du produit fini. Comme les marques de renom Fender, G&L, Music Man, Gibson, Gretsch, Godin, Rickenbacker, ... utilisent également des matériaux issus de productions locales (principalement des bois d'Amérique du nord) et que la main d'œuvre est locale également, on trouve aisément à 2000 € un instrument qui en coûterait 5 fois moins (soit 400 € pour ceux qui comptent mal) s'il était fabriqué en Asie.

Les expériences d'exportation des chaînes de production au Mexique ou en Asie conduisent aux mêmes phénomènes de réduction des coûts que l'on rencontre pour les marques des outsiders économiques comme Yamaha, Cort, Ibanez, Lâg, Jackson, Peavey, ... On s'attache alors au savoir faire des grands américains, la qualité de fabrication et des contrôles de production et le fait que les finitions soient irréprochables. Un instrument de marque verra sa côte moins décroître au fil des années et sera plus facilement revendu, ou en tout cas à meilleur prix, qu'un équivalent low-cost.

Résultat, on distingue plusieurs populations d'acheteurs :

Battle's guitar

Pour l'achat de pièces détachées, on en arrive vite à des extrêmes : un manche qui, s'il doit être remplacé sur une copie de Fender Stratocaster, se monnaie facilement 400 € chez un détaillant local (import de pièces, assemblage contrôlé, choix du diamètre des frettes, tests de la truss-rod de réglage de la courbure du manche, ...). C'est ce que coûte une guitare entière, un modèle d'entrée de gamme chez Epiphone, Squier ou Cort. ce même manche n'existe en pièce détaché que chez les grandes marques, de toute façon. On rencontre aussi des escrocs qui achètent un manche Fender et le montent sur une guitare bas de gamme, dans le but de revendre au meilleur prix une guitare assez fiable (certains n'y verront que du feu).

Alors comment disposer d'un bon instrument à bas prix :

Le simple fait qu'il s'agisse d'un modèle anniversaire, ou qu'un guitariste ait donné sa signature, et la guitare prend indéniablement du cachet... de manière injustifiée. Idem, le fait de ressortir des modèles avec les micros bobinés à la main ou une quelconque particularité vintage en fait un modèle rare, voire unique (les peintures aléatoires parfois ou des usures artificielles). Evidemment, le coût n'explique pas la rareté du modèle, c'est plus un aspect esthétique qui fera la différence.

Ensuite on peut tomber dans la démesure du "sur mesure" (fallait la faire). Côté prix, c'est évidemment injustifié, le simple fait d'avoir un assemblage de bois qui sorte de la gamme implique que la guitare "sorte" des chaines de montage et d'assemblage standards pour passer dans les mains d'un luthier. Attention, les modèles en "Custom Shop" sont souvent estimés pour leur acquisition, mais difficile à apprécier (donner un prix exact reflet des qualités intrinsèques de l'instrument) à la revente...

Les instruments neufs, à partir d'un certain niveau de prix sont vendus avec un étui rigide (flight case) adapté, et souvent, en plus d'un certificat d'authenticité, un câble, des clés de réglages et une sangle à l'effigie de la marque. Ces accessoires donnent un certain cachet à l'instrument, mais sont compris dans le montant total... Vous allez donc les payer dans le package global et ça fait aussi monter la note. La revente de la guitare seule est nécessairement faussée, du fait que l'on dégrève le prix estimé les accessires du prix global... attention en cas de rachat d'instrument de seconde main !

De la même manière, il faut considérer qu'un instrument de plus de 800 € doit sortir d'usine réglé. S'il est en expo derrière une vitrine d'un magasin, il est possible qu'il ait "bougé", mais en général, le vendeur doit proposer gratuitement un réglage et/ou un jeu de corde gratuit compensant les désagréments de l'exposition (plusieurs personnes peuvent avoir "joué" voire essayé l'instrument). S'il vient d'un achat en ligne ou par VPC, c'est plus délicat, mais vous disposez d'un délai légal de 7 jours après la réception pour retourner l'achat si vous jugez avoir été trompé...

Enfin, il faut considérer la différence de service entre la vente en ligne et la vente en magasin (pas les chaînes de distribution nationales) : si l'on rencontre toute l'année des bas prix en vente par correspondance, le revendeur local offrira un câble jack, une housse ou un accordeur avec l'instrument qui sera à peine plus cher. De plus, un achat en magasin permet de re-partir avec le matériel qui a été essayé, ce qui, en plus de donner un accès immédiat, garantit le passage en revue des réglages de la guitare et l'impression de "je ne pouvais pas savoir" disparaît.

Un instrument d'occasion

Une guitare d'occasion, c'est souvent bien plus compliqué, ne serait-ce parce que l'on ne connaît pas les critères qui poussent l'ancien propriétaire à revendre, critères qui sont l'objet de saines et majeures préoccupations. On sait que l'on veut de l'occasion pour tomber sur une bonne affaire à faible prix, parce que l'on ne souhaite pas investir dans du neuf mais disposer d'un bon équipement, ... Par contre, pourquoi, l'autre revend-il son matériel ? Explications :

Il existe une règle de base dans l'approche d'une guitare d'occasion, c'est celle qui consiste à mesurer la prise de risque dans l'adéquation entre le prix et l'état de l'instrument. Il faut être extrêmement vigilent et avoir à l'idée :

Battle's guitar

Cette approche conduit à donner un prix estimatif à l'instrument en fonction de ces trois axes (prix du neuf, prix de l'argus, usure et âge) mais est évidemment à tempérer par d'autres facteurs ayant une forte incidence dans la réalité :

Autant dire que dans ces conditions, l'arnaque est courante, et qu'il ne faut jamais hésiter à renégocier le prix sur un instrument d'occasion. D'autant que peu de revendeurs vont réellement se pencher sur l'instrument pour estimer sa valeur réelle, sauf s'ils en tirent une bonne commission. De ce fait, la valeur sentimentale de l'instrument mise à part, la valeur de bonification ou de dépréciation d'une guitare de marque lorsqu'elle est d'occasion n'est pas évidente à calculer.

Si elle n'est pas expertisée, les assurances estiment la dépréciation par la perte de 10% par an sur le montant résiduel calculé par rapport au montant d'acquisition : une guitare acquise il y a deux ans 1000 € serait vendue 810 € (1000 - 10% = 900 € la première année - 10 % soit 900 - 90 la deuxième année).

Par contre, une guitare achetée l'équivalent de 800 € en 1985 peut être estimée à 3000 € aujourd'hui si les pièces sont d'origine (sauf les cordes voire les frettes qui font partie de l'usure courante, bien sûr !) et que l'état de la guitare est sans reproche. Évidemment, ce n'est pas systématique, c'est en fonction des marques, du nombre de guitare distribuée à sa sortie, et c'est sans parler de la cote ou du cachet que les collectionneurs attribuent à l'instrument (une guitare haut de gamme qui était à 3000 € lors de son acquisition, ne peut pas, 25 ou 30 ans après, alors qu'elle est devenue un modèle de collection, figurer au tarif d'acquisition (0 plus value et 0 moins value peut constituer une plus value en soi, mais pas pour le revendeur !).

Tout ça est bien obscur, et ça ne tient pas compte non plus du subjectif surcoût lié à l'attachement personnel à l'instrument : le sentiment n'a pas de valeur, mais bien souvent, lorsque le seul possesseur de l'instrument disparaît (décès, déménagement à l'étranger, ...) c'est bien le seul qui puisse aussi connaître sa réelle valeur. Et de bonnes affaires surgissent dans les petites annonces, sans qu'aucun expert ou aucun magasin n'ait pu mettre son nez dans la vente. Pire, les cas de prêteurs sur gage aux États-Unis qui faisaient, sans le vouloir, du recel d'objets de convoitise pour collectionneurs d'instruments et conservaient au fond de leur entrepôt des Gibson de 40 ans d'âge... sans que personne ne sache expertiser, estimer la plus value, ...

Il existe de très rares cas de gens qui n'y connaissant rien, bradent les instruments dont ils disposent dans leur grenier pour une bouchée de pain. Ces affaires-là sont particulièrement rares, et il existe même l'effet pervers du gars qui lui aussi arrive sur les lieux du vide grenier très tôt, vers 06h30, et achète sans le savoir pour 30 € une vieille mandoline Gibson des années 1920, juste parce qu'il pense que ça fera bien près de la cheminée... ou encore pour s'en servir, offrir ou débuter. Le chanceux se retrouve avec un "truc" qui a une cote de 10 000 € s'il reste en bon état...

De manière plus générale, je conseillerais de n'acheter des instruments d'occasion que s'ils peuvent passer entre vos mains ou celles d'un contact plus expérimenté (pas forcément un expert qui a pignon sur rue). C'est de toute évidence le seul moyen de "creuser" et "travailler" le prix, soit par la négociation, soit par la juste appréciation de la revente. Toute transaction en ligne, si elle peut paraître une bonne affaire, doit s'appuyer de validations préalables sur sa viabilité financière, des renseignements pris sur le vendeur, des certificats d'authenticité comme une copie de la facture d'achat de l'instrument, ... autrement, ça sent le coup bas !

Les amplis

La technologie des amplis à lampes s'est démocratisée et mondialisée, ce qui est un plus pour le marché. De ce fait, le pendant économique des lampes, l'ampli hybride ou à modélisations n'est pas l'objet de convoitise et se revend "au prix de l'électronique". Très fiable et suffisant pour l'acquisition d'un bon petit ampli d'étude ou au contraire pour un puissant ampli de scène, on aura l'impression de faire une excellente affaire en achetant un ampli de technologie transistors d'occasion.

Je recommande d'écumer les points de vente où trônent quantités de petits ou très gros amplis : les magasins de cash révisent très bien les prix de ces équipements à la baisse, avec en plus l'assurance de revendre les meilleurs modèles dans un temps record... Quel débutant n'a pas tâtonné avant de trouver l'ampli adapté à ses besoins, quel guitariste n'a pas eu des formats différents d'amplificateurs en fonction des étapes de sa vie (étudiant, en groupe, marié, en appart, à la maison, à la retraite, ...).

Battle's guitar

On y trouve foisons d'amplificateurs à transistors d'occasion qui vont parfaire le besoin de chacun :

D'excellents amplis de qualité sont vendus neufs à bon prix (très chers) pour répondre aux mêmes besoins, alors pourquoi ne pas miser sur de l'occasion, alors qu'hormis les haut-parleurs qui auraient pu souffrir un peu et les potentiomètres de gain, de volume et d'égalisation qui craquent un peu, un ampli à transistors est indestructible...

Pourquoi acheter 180 € un modèle d'étude neuf alors que l'équivalent construit une paire d'années avant est disponible 50 € au premier dépôt-vente du coin. Autant faire l'économie si l'on n'est pas aussi riche. Idem, l'ampli de 100 watts qui ne va servir que sur scène ou en répétitions (20 fois dans l'année...) peut être acheté en deux corps (avec son 4 x 12") pour 400 €, alors que c'est le prix d'un combo 60 watts neuf !

En contrepartie, dès qu'il s'agit de "toucher" à des amplis à lampes, deux cas de figure identiques dans le marché d'occasion pour guitares s'imposent :

Battle's guitar

En effet, rares sont les bons amplis disponibles en dépôt et sur lesquels les magasins n'ont mis aucune option. Ce serait réellement en connaissance totale de son ancien propriétaire qu'on pourrait prétendre acheter une occasion "les yeux fermés". Trop de paramètres compliquent l'achat, notamment la manière dont l'ampli a été manipulé (allumé, éteint et transporté) plus que l'état des lampes qui sont remplaçables... Un transfo d'un ampli à lampes équivaut au prix de l'ampli neuf ! Idem pour les baffles, remplacer un HP Celestion défectueux, c'est replacer la paire dans le couple du cabinet, soit un investissement avoisinant 200 € au final.

De plus, je me méfierais des occasions d'ampli à lampes, car les montants ne tiennent pas compte du facteur d'usure, ceux qui fixent le prix de l'occasion avancent trop souvent l'argument d'un "son vintage". En plus l'encombrement, le poids des modèles n'est pas réellement un frein dans l'argumentaire car pour un deux corps pour près de 2000 € neuf, on restera dans les 1500 € voire plus pour un même modèle qui a 5 ans et qui est en parfait état.

Je dirais que "c'est selon" et sûrement pas par correspondance, un colis de 50 ou 70 kg via transporteur / colis traditionnels requiert une valeur d'assurance rédhibitoire dans la constitution du prix total de la transaction, auquel prix se rajoute souvent un remplacement de lampes d'amplification soit 100 €, et le risque du réglage de bias / configuration d'appairage pour lesdites lampes.

Les effets

Les effets sont une catégorie bien à part et un marché spécifique existe en parallèle au marché de vente du neuf : le vintage. Un effet qui est conservé 30 ans peut se revendre 10 fois son prix d'acquisition, ce qui est dingue ! De plus, quelque en soit l'état, certaines pédales analogiques des années 70 ou 80 sont purement et simplement vendues d'occasion pour "pièces ou réparation", c'est-à-dire ne fonctionnant pas.

L'embrouille vient également de constructeurs qui, cachés puis au grand jour (Maxon pour les pédales Ibanez) ou qui ont re-carrossé leurs modèles sous un autre nom par le biais des absorptions et des rachats de marques (comme Lexicon et Digitech ou Korg et Vox, voire, Dod, Dunlop et Digitech). Du coup, on ne sait plus trop !

En plus des estimations argus en dents de scie en fonction des numéros de série des modèles les plus prisés (délocalisation de la production du Japon à Taïwan pour Boss/Roland) et de la reprise de la même référence commerciale masquant un changement de technologie ayant un impact majeur sur le son (DL signifie pour certains Analog Delay comme Digital Delay pour un rendu sonore assez différent), les différents processeurs d'effets font l'objet de retours artificiels sur le devant de la scène avec des concepts de "Reissue"...

Pourtant, pour un besoin bien précis, le moins exigeant des guitaristes, souvent le débutant, peut s'équiper à moindre coût avec quelques pédales vendues d'occasion (et livrées à faible coût de transport chacune pesant quelques 500g) au travers de commandes auprès des particuliers (eBay, leboncoin.fr, ...).

De plus, il faut se rendre à l'évidence, il devient rare de trouver en dépôt ces matériels d'occasion, d'autant que si leur prix a baissé, leur côte argus ne tolère pas le côté "vintage" dans la majorité des cas et que les magasins les reprennent là encore "au coût de l'électronique". Laisser en dépôt une pédale achetée 120 € pour moins de 30 €, ça casse un peu le marché.

Battle's guitar

C'est idem avec les multi numériques, même à bas prix : impossible de trouver en dépôt un POD d'occasion à essayer en magasin. Il faut se risquer en ligne sur Internet sans essayer, pour recevoir un module souvent bien utilisé, sans le transfo ni la doc, pour 80 € par chèque (frais d'expédition inclus). Comparé aux 250 € du modèle neuf en vigueur, c'est démesurément bas, alors ne pas hésiter.

En contrepartie, le nombre de Tubscreamer d'origine est faussé : beaucoup ont soi-disant modifiés leur Tubescreamer selon la modif Keeley, c'est-à-dire en intégrant un kit à souder qui coûte 15 € par correspondance et qui reprend le schéma et les composants d'origine et lui donne le son du modèle original fabriqué par Maxon dans les années 80. Ceux-là, sans se soucier du rendu sonore essentiellement lié à leur faculté à flinguer ou réussir la manip, n'hésitent pas à vendre 400 € le modèle "reissue" Ibanez acheté 120 € le semestre précédent.

Pourtant les modèles originaux "non reissue" produisent un son assez proche de ceux obtenus quand la modif a été pratiquée par un opérateur expérimenté, mais peuvent aussi conduire à détériorer le matériel sur des modèles pour lesquels la manipulation est moins réussie (et aussi moins "reissue"). Ça frise l'arnaque, et généralement il y a recours contre les imposteurs. Sauf qu'il s'en suit une course aux modèles "reissue" non modifiés qui peuvent encore se trouver neufs, et pour lesquels on trouve des ventes-embrouilles pour 150 € sur eBay. Méfiance encore !

Comme vous le voyez, il est parfois difficile de ne pas avoir essayé de modifier sa pédale de distorsion ou de delay, et bien souvent les manipulations ratées se retrouvent aussi à la vente ; comment vérifier ? Va-t-on engager une procédure pour escroquerie pour la vente par correspondance d'un matériel dysfonctionnant au prix de 70 € ? La panne n'est-elle pas survenue durant le transport ? Lors d'un supposé mauvais branchement par le nouvel acquéreur ? Tout peut être remis en cause et c'est la parole du vendeur contre celle de l'acheteur qui fera foi.

Attention donc aux arnaques. Mais, comme au poker, il faut parfois "payer pour voir" ou "pour savoir", et parfois, il est plus rentable d'investir dans un modèle neuf plus "pérenne" et sous garantie (sauf si vous ouvrez la boîte !) que dans une pédale d'occasion douteuse. Ça fait alors partie des pièges à éviter et des risques à prendre selon le fait que l'on considère "le verre à moitié plein ou à moitié vide". Si l'on ajoute à ça le vol et la revente très facile de ces équipements, vous vous retrouvez très simplement en face de risques bien ou mal pesés...

Cependant, sur les "gros" modules numériques de studio (format rack 19") ou réservés aux ingés-sons, du matériel souvent semi-pro, de qualité, est accessible pour vraiment pas cher et peu de risques : une QuadraVerb d'Alesis peut être achetée d'occasion pour 60 ou 80 € selon l'état, et elle remplacera l'achat de plusieurs effets insérables dans la boucle d'effets de l'ampli (réverbérations, delays et même modélisations simples). L'investissement est rentable car un simple module de delay est souvent facturé neuf pour plus de 2 ou 3 fois le prix de l'occasion dont on s'accommodera même si le format n'est pas pratique et que ce n'est pas la tendance...

Les accessoires

Tant il est pratique d'acheter neufs les "consommables" par Internet (cordes, câbles, médiators, accordeurs, ...) sans grande prise de risque, tant je ne prendrai pas de risques pour un métronome ou un accordeur (même un excellent) d'occasion.

Il faut par contre convenir que les achats en ligne de ces petits achats sont bien plus avantageux que dans les boutiques du bout de la rue où le vendeur applique souvent le même taux de marge que sur des guitares ou des amplis. Allez acheter 5 jeux de cordes pour 20 € chez un revendeur local sans tomber sur la maxi-promo de la sous-marque de cordes dépareillées et impossibles à monter.

Par contre, je recommande de chercher en occasion tous les gros accessoires comme valises flight case, pedalboards, étuis format rack 19", parce que ce sont des équipements très chers neufs pour lesquels on cherche plutôt le côté fonctionnel et qui n'ont aucune incidence sur le rendu sonore.

Battle's guitar

Les micros passifs authentiques DiMarzio ou Seymour Duncan peuvent aussi parfois être trouvés en occasion pour 40 €. C'est l'opportunité de modifier ou améliorer certains aspects du son sans investir le prix du neuf (parfois 3 fois plus élevé). Attention à bien adapter les espacements des plots et ne pas avoir à pratiquer de défonce spécifique dans la guitare.

De même, les accessoires de scène, pieds de micros, pupitres ou retours de sonorisation voire les micros sont parfois en très bon état et laissés pour pas trop (25 € un pied perche neuf, c'est du délire pour deux tuyaux et une rotule !).

Enfin, les stands, supports et pieds pour guitare sont des équipements qui s'usent étrangement assez facilement et pour lesquels on ne porte pas le même soin en répétition et à la maison. Avoir un bon modèle chez soi et un modèle moins classe en salle de répétitions, c'est assurer de ne pas avoir à transporter (ni à oublier) un ustensile sans importance (sauf quand il n'est pas là).

À proscrire d'occasion, les sangles, les câbles, les cordes et médiators bien sûr, et même les composants électroniques comme switches ou potentiomètres que certains n'hésitent pas à vendre sous eBay ! Le coût du neuf ne vaut pas la prise de risque.

Comment évaluer le prix du matériel

C'est le gros problème... car les prix sur Internet sont souvent assez simples à trouver (http://www.guitareelectrique.com/), mais pour du neuf, on a souvent à faire à un "prix cassé" en comparaison avec ceux que l'on va trouver en magasin, voire au prix qui sera au final pratiqué par le revendeur s'il est obligé de pratiquer une commande parce qu'il n'a pas tout en stock.

Souvent le même matériel est présenté en Europe à des prix inférieurs à ceux pratiqués pour la France. N'oubliez pas les prix présentés par exemple à l'Espagne ou la Belgique en euros ne sont pas assujettis aux mêmes taux de TVA. Cependant, ces grands "stores" internationaux (Thomann en tête) négocient avec les fournisseurs et importateurs des volumes tels qu'ils "cassent" en quelque sorte le marché des petits revendeurs qui sont souvent contraints à des prix catalogue...

Mais il faut savoir que ces échoppes internationales, si leur chiffre d'affaire principal est réalisé sur Internet, ne proposera pas les mêmes tarifications des frais de livraison que les services nationaux équivalents... Là encore, les colis internationaux sont assez chers là où les distributeurs français ont pu négocier avec La Poste des volumes d'expédition qui rendent la livraison gratuite à compter d'un certain montant d'achat...

Et ça, c'est dans le meilleur des cas pour du matériel neuf, car on peut le trouver à des prix constatés lors des périodes de soldes, des promos, des déstockages, ... ce qui fausse la référence. Évidemment sans aucun service derrière, sans aucun conseil, réglage gratuit ni même l'offre d'une sangle toute simple ou de deux médiators (que pratiquent les magasins). Pour le marché de l'occasion, certains sites indiquent un simili-argus en fonction d'un prix moyen de revente, sans préciser s'il s'agit de matériel d'un an ou plus, ni son état. Là encore, c'est communiqué à titre indicatif, juste pour se faire une idée, et puis tout ça a le mérite d'exister. Cependant, ça vaut ce que ça vaut, et là encore, il faut rester vigilant.

Battle's guitar

Parce que dans tous les cas, il faut pouvoir espérer de négocier tous les prix des matériels d'occasion :

Attention aussi au matériel d'occasion sur Internet vendu par les particuliers : c'est dans de nombreux cas un splendide forum de transactions saines, mais aussi assez souvent le lieu de toutes les dérives financières, et c'est de manière déguisée, une forme de recel de petits matériels volés après lesquels personne ne prendra la peine de courir. En effet, une pédale de distorsion Boss à 25 € est volée et revendue sans inquiéter ni son ancien propriétaire, ni son nouvel acquéreur, ni même celui à qui bénéficie la transaction.

Attention également aux chèques encaissés sans livraison en retour (qui va faire appel pour 25 € ?) mais aussi, et surtout, à la vente de matériel défectueux que n'a pas voulu reprendre le CashMachinChose du coin ou qui sera expédié après encaissement du chèque dans un pseudo-emballage en papier craft... comme dans un Chronopost (paquet luxe) mais qui restera en fin de compte inexploitable.

Enfin, la livraison de matériels engendre des déconvenues assez régulières, comme une guitare avec un manche cassé, une tête cassée ou la plaque de pickguard enfoncée, tout ça par économie d'un emballage digne de ce nom. La bonne affaire peut rapidement en devenir une mauvaise. Les achats en ligne de matériels neufs ou d'occasion suscitent un risque, et dans tous les cas, je ne le pratiquerais pas pour une guitare que je préfèrerai avoir essayé (celle-là, ce numéro de série là) auparavant, ni même un colis trop lourd (gros ampli, qui plus est à lampes) car l'expédition me fait un peu peur.