Accueil Battle's guitar
bien choisir son matériel




Disséquons pour mieux comprendre

Dans cette section, il sera question des caractéristiques particulières des guitares électriques, ainsi que des équipements généralement utilisés par les guitaristes. Plus loin dans cet ouvrage, un guide à l'achat du matériel permettra d'identifier plus précisément l'équipement dont tout guitariste débutant a besoin.

Dans un premier temps, disséquons l'instrument !

La tête

Située, comme son nom l'indique, à l'extrémité du manche, c'est sur elle que viennent s'attacher les cordes. Leur tension peut être modifiée pour les accorder à l'aide des mécaniques, un système de vis sans fin actionnées par des clefs, qui entraînent de petits rouleaux sur lesquels s'enroulent les cordes. Ces dernières passent ensuite par le sillet de tête, petite barre généralement en os (en plastique ou en métal), dans laquelle sont creusées de petites rainures qui guident chaque corde vers le manche.

Battle's guitar

Il existe des guitares à double manche qui permettent de changer d'accordage pendant un morceau. La plus célèbre est le modèle de Gibson SG double manche utilisée par Jimmy Page de Led Zeppelin, utilisé notamment sur le morceau Stairway to Heaven, et qui est construite avec un manche standard de six cordes et un autre particulier sur les guitares électriques, en 12 cordes (chaque corde est doublée).

Battle's guitar

On rencontre également des modèles sans tête construits au milieu des années 80 par la firme Steinberger. L'accroche et l'accordage des cordes spéciales à "double boules" se font au niveau du cordier sur le corps de la guitare et non sur la tête.

Le guitariste droitier (celui que l'on va considérer jusqu'à la fin de ce recueil) pince les cordes de la main droite et bloque les cordes avec les doigts de sa main gauche. Certains gauchers inversent la position de la guitare, ainsi que celles des cordes (là où d'autres la conservent dans le même sens comme Albert King), pour garder les graves vers le haut : le manche est alors à droite.

Le manche

Le manche est une pièce essentielle, puisqu'il est le premier vecteur de la conduction du son. Sur lui repose donc les principales caractéristiques qui constituent le son, la puissance, la vibration, la nuance, ... C'est le composant essentiel (selon moi) devant être pris en compte dans le choix d'un instrument. Il sert au guitariste à repérer les notes.

C'est également la pièce principale qui conduit le son et entretient la vibration de la corde jusqu'au corps de la guitare. Des qualités intrinsèques du manche (matériaux, épaisseur, ...) comme de ses réglages découlent directement les qualités sonores de l'instrument. Une guitare disposant des meilleures cordes et des meilleurs micros pourra ne pas sonner convenablement si le manche est de piètre qualité ou n'est pas bien ajusté ou réglé.

Sur une guitare classique, le manche est relié au corps par le talon, pièce de bois collée qui peut adopter des formes différentes suivant les luthiers. Avec les guitares électriques, sont apparus les manches vissés, moins chers à produire et plus faciles à réparer mais qui peuvent altérer les qualités sonores de l'instrument. Certains fabricants, notamment Gibson Guitar Corporation, continuent donc à utiliser la technique du manche collé sur leurs modèles haut de gamme, telle la Les Paul de chez Gibson.

Battle's guitarBattle's guitar

Cette technique garantit un meilleur sustain au son de la guitare. Mais il existe des subterfuges pour garantir un sustain encore meilleur, comme sur la Gibson Firebird, qui est construite à partir d'un manche dit "conducteur" ou "traversant" appelé ainsi car il traverse entièrement la caisse de l'instrument, permettant de conduire ainsi le son, et donc les vibrations, de la meilleure des façons possibles.

La plupart des guitares sont montées "à gauche", c'est-à-dire qu'en position de jeu, le manche se place à la gauche du musicien. Cependant, il existe aussi des instruments inversés destinés aux gauchers, appelés "guitares pour gauchers" ou LH (left hand).

La corde la plus grave se trouve en haut du manche et la plus aiguë en bas, dans une configuration classique de droitier. Par convention on appelle "main droite" celle qui gratte les cordes et "main gauche" celle qui plaque les accords et les notes sur le manche.

D'autre part, les manches des guitares à cordes métalliques (électriques et folk) sont en général équipés d'une "truss rod", barre métallique traversant le manche afin de l'aider à résister à la tension très importante exercée par les cordes. Cette truss rod est le plus souvent réglable, ce qui permet au guitariste d'adapter la forme de son manche à ses préférences personnelles, mais aussi aux différents tirants de cordes, voire au vieillissement du bois.

De nouveaux matériaux utilisés dans les technologies de pointe comme la fibre de carbone, offrent des propriétés d'indéformabilité, ce qui est très utile pour un mat de bateau ou une aile d'avion mais aussi pour rendre très rigide un manche en bois de guitare électrique. C'est la marque Vigier suivie par Parker, qui intègrent ces lames de fibre de carbone dans le bois des manches de guitare en lieu et place d'une truss rod. Indéformable, la tige renforce les lamelles de bois sans nécessiter le moindre réglage. On retrouve ces manches haut de gamme sur des modèles assez coûteux et des guitares hi-tech. La tradition ansi que le coût de fabrication conduisent à produire des manches comportant la bonne vieille vis sans fin qui règle la courbure du manche : la truss rod.

Battle's guitar

La touche

La touche est la partie sur laquelle le guitariste pose ses doigts de la main gauche (s'il est droitier) pour modifier la hauteur des sons produits par les cordes. C'est, en règle générale, une fine planche de bois dur, souvent en palissandre ou en érable (parfois en ébène), fixée (collée, ou plutôt rapportée) sur le manche. Parfois, on en rencontre qui font partie intégrante d'un manche en érable (sans touche rapportée, donc), notamment pour les modèles Telecaster de Fender (procédé plus économique). Les différentes notes y sont séparées par des barrettes appelées frettes (to fret en anglais signifie "découper le bois") qui délimitent des "cases".

La touche est prolongée à partir du manche sur la table d'harmonie pour les notes les plus aiguës. Certains manches sont dotés de touches sans frette (fretless), ce qui permet de donner une intonation toute particulière aux notes glissées et de permettre l'utilisation du quart de ton. Surtout répandue sur les basses (pour rappeler le son et le toucher de la contrebasse), ce type de touche est aussi utilisé sur des guitares, en particulier pour des effets particuliers de glissés ou dans des musiques ne faisant pas appel aux gammes tempérées propres aux cultures orientales.

Battle's guitar

Le saviez-vous ?

Les frettes sont posées à un intervalle trés précis qui va en s'amenuisant quand on s'approche du corps. La distance d'une frette à l'autre est déterminée par le rapport de la racine douzième de :

2 (Battle's guitar) ou (Battle's guitar),

ce qui correspond à environ 1,059463 (la largeur d'une case est 1,06 fois celle de la case qui la suit, des graves vers les aigus). La douzième barrette divise la longueur vibrante de la corde en deux parties de longueurs égales, et correspond à un intervalle d'une octave par rapport à la corde jouée "à vide" (c'est-à-dire sans poser de doigt sur la corde).

La distance entre le sillet de chevalet et la barrette (comptée à partir du sillet de tête), ou longueur vibrante, est donnée par la formule de mathématique:

Battle's guitar

... où d est le diapason (longueur de la corde à vide).

Sur les touches des guitares électriques, on trouve fréquemment une incrustation nacrée permettant au guitariste de repérer rapidement la bonne case pour positionner ses doigts. On trouve ces incrustations sur la 3e case, la 5e, la 7e, la 9e, puis une double incrustation à la 12e case (l'octave par rapport à la note de la corde jouée à vide).

Battle's guitar

Les cordes

Le cordage (l'ensemble des cordes) est la partie de la guitare qui produit les notes : en étant mises en mouvement (par frottement, par pincement ou par percussion), les cordes vibrent et émettent une onde sonore, d'autant plus aiguë que la corde est fine et que la longueur vibrante de la corde est courte.

Il existe plusieurs types de cordes: les cordes en nylons pour les guitares acoustiques classiques, et les cordes en bronze et nickel ou cordes métalliques montées sur les guitares électriques et qui, en vibrant, produisent un champ magnétique capté par les micros.

Battle's guitar Battle's guitar

Les cordes sont maintenues entre deux sillets, l'un sur la tête de l'instrument, parfois permettant de bloquer les cordes, et l'autre au niveau du corps, soit sous la forme d'un cordier, soit sous la forme d'un bloc de vibrato, et dans ce cas composé de 6 pontets (un par corde).

Le corps

C'est une partie fondamentale en ce qui concerne l'émission des sons et qui, par conséquent, conditionne en grande partie la qualité de l'instrument. Cela est vrai aussi bien pour la guitare acoustique avec caisse de résonance (en bois verni pour la plupart) que pour la guitare électrique au corps le plus souvent plein et disposant de multiples couches de peinture ou de vernis, même si les micros et l'amplification jouent un rôle tout aussi important dans le second cas.

On parle de "projection" sonore par la table d'harmonie, la surface du corps devant laquelle vibrent les cordes. Cette expression prend, certes, tout son sens avec une guitare acoustique, mais pour une guitare électrique, la table permet de renforcer la puissance de sortie du son... même si les micros remplissent généralement ce rôle. Les corps des guitares électriques sont composées de morceaux de bois massifs assemblés (collés) pour former une pièce unique : le corps de la guitare. Sur les modèles Fender, le bois (aulne ou frêne) est peint ou coloré (sunburst) et verni, mais le concurrent Gibson a très tôt plaqué deux fines lamelles de bois (érable) recouvrant le corps en acajou sur la table, pour plus d'esthétique et de projection sonore d'un bois très dur, de manière à ce que cette pièce rapportée soit ensuite vernie.

Battle's guitar

La guitare électrique est le plus souvent dépourvue de caisse de résonance, car l'amplification du son y est confiée essentiellement à des micros situés sous les cordes. Son corps est donc simplement constitué d'une pièce de bois assez épaisse, sur laquelle sont fixés chevalet, manche et parfois cordes.

Si les guitares électriques sont majoritairement de type solid body (corps plein), de nombreux modèles existent avec des corps semi évidés (semi hollow) ou totalement évidés (hollow). Appelées en français "demi caisses", leur table d'harmonie est habituellement pourvue d'orifices (les "ouïes") rappelant ceux des violons. Dans le cas de manches conducteurs, la caisse consiste juste en deux "ailes" rapportées par collage de chaque côté du manche.

Les bois utilisés pour les corps ont bien sûr leur importance dans le son final, un corps en acajour donnera une sonorité plus chaleureuse qu'un corps en aulne pour laquelle elle sera plus claquante. La qualité d'assemblage des morceaux de bois ainsi que les veines de la fibre, le nombre de morceaux collés et le vernis sur la peinture sont autant de points de référence qu'il est bon de contrôler lorsque l'on choisit une guitare. Ces aspects de lutherie et leur finition augurent du soin apporté à la fabrication de l'instrument, et en disent long sur la manière dont les bois vont encaisser les assauts du temps, dont la guitare va "vieillir" et finir son séchage... car même neuve (surtout neuve) la guitare va encore "vivre" et stabiliser son séchage encore quelques bonnes annés (parfois jusqu'à 30 ans, d'où l'engouement pour les instruments "vintage").

Plus un bois est sec, moins il se déformera et plus il résistera dans le temps. C'est valable pour le manche comme le corps, et principalement pour l'assemblage des deux ainsi que la courbure du manche. Les propriés de résonnance d'un bois sec sont meilleures, le bois s'en trouve également plus léger... donc plus "vibrant", ce qui explique qu'une guitare bien entreposé et sur laquelle les cordes n'ont pas exercé une trop forte tension pendant trop longtemps, traversera le temps en prenant de la valeur.

Microphones

Situés sur la table, entre le chevalet et le manche, sous les cordes, les micros sont l'un des éléments les plus fondamentaux d'une guitare électrique, car c'est sur eux que repose, en l'absence de caisse de résonance d'une taille suffisante, toute l'amplification du son. Le principe en est simple : chaque micro contient des aimants qui génèrent un faible champ magnétique. En vibrant, les cordes perturbent ce champ, ce qui permet au micro de capter cette vibration et de la transmettre à un amplificateur.

Il existe de nombreux types de micros, dont chacun présente un fonctionnement et une "couleur" de son particulier. Les plus répandus sont les micros "simples bobinage" et les micros "doubles bobinage".

Battle's guitar

Les micros simples bobinage furent les tout premiers : l'aimant (en AlNiCo, c'est-à-dire Aluminium/Nickel/Cobalt, ou en alliage de type céramique) est entouré de plusieurs milliers de tours d'un fil de cuivre fin et vernis formant le bobinage. Ces micros ont le défaut d'être sensibles aux interférences (champs électromagnétiques ambiants produits par exemple par les éclairages au néon, les transformateurs, les écrans cathodiques, etc.). Leur son est précis, "mordant" et assez recherché dans les styles rock, pour la beauté des sonorités claquantes et claires. Leur niveau de sortie est assez peu élevé ; et c'est l'ampli qui "travaille" pour donner un rendu assez fidèle au son de la guitare.

Battle's guitar

Pour pallier au problème d'interférences, Seth Lover a créé dans les années 1950, le micro à double bobinage, ou humbucker ("hum" est l'onomatopée du son des interférences) : l'association de deux micros à simple bobinage positionnés tête-bèche élimine les "hum" et autres "bzzz" et augmente considérablement (par 3 !) la puissance de sortie d'un simple bobinage. Par contre, le rendu est moins fidèle à celui de l'instrument, plus "artificiel", il donne un son plus riche en basses et aigus et favorise la saturation (ce qui n'était pas forcément souhaité au début des années 1960 !). Il est devenu très prisé en jazz (position manche) pour les sons doux et veloutés et dans les styles hard-rock et métal, pour les grosses et puissantes distorsions.

Battle's guitar

Les micros peuvent être passifs ou actifs, la différence est qu'avec un micro actif, le signal est immédiatement traité par un préamplificateur intégré dans le corps de la guitare et alimenté par une pile (les micros passifs n'ont pas besoin d'une alimentation) pour un son bien plus "propre" et dont la plage de couverture est étendue par rapport aux micros passifs plus traditionnels. Leur caractère est cependant moins affirmé et si les micros actifs sont souvent bien plus polyvalents, ils trouveront leur registre dans des styles extrêmes soit pour des grosses saturations, soit des sons "crunch" puissants et très maîtrisés.

La préamplification des micros actifs a pour objectif d'abaisser l'impédance, ce qui rend le signal moins sensible aux parasites, et réduit ses pertes lors de l'utilisation de longues distances (câbles, et éléments intermédiaires comme les effets, avant d'arriver à l'amplificateur). Une deuxième caractéristique de la pré-amplification, c'est d'éviter la perte de certaines fréquences de la bande passante, qui sont "absorbées" par les systèmes passifs (une des conséquences de l'impédance élevée). Cependant aujourd'hui, de nombreux progrès ont été faits, et les micros passifs tendent à gommer cette différence avec leurs homologues actifs.

Contrairement à des idées préconçues, les micros actifs ne produisent pas un niveau de sortie plus important que les micros passifs ; le signal plus épuré en amont de l'amplification permet de pousser l'ampli davantage et on les voit souvent utilisés chez les guitaristes jouant dans des styles Métal qui aiment pousser l'amplificateur dans ses retranchements. La raison de cette utilisation particulière vient de la nature des aimants qui sont utilisés pour fabriquer les micros actifs : les aimants en céramique (essentiellement basés sur un mélange de baryum / strontium) dont le signal est beaucoup moins chargé de parasites que l'AlNiCo et qui privilégie les hauts niveaux de sortie au détriment d'une certaine authenticité que l'on attribue aux micros passifs (simples comme doubles).

Battle's guitar

Les micros actifs (mais aussi de plus en plus passifs) utilisant des aimants en céramique favorisent une attaque plus franche et incisive que les micros à aimants Aluminium Nickel Cobalt d'où une sensation de dynamique accrue (les micros céramique principalement actifs sont plus couramment utilisés pour les basses). On peut considérer en fonction de la nature des aimants : AlNiCo pour les sons "vintages" et Céramique pour les sons modernes plus saturés... Aujourd'hui, les micros actifs ne sont plus "mieux" que les micros passifs, des inovations technologiques ont comblé les lacunes des micros passifs en leur donnant un caractère plus affirmé pour un coût de fabrication bien inférieur.

Battle's guitar Battle's guitar

Un mécanisme de sélection des micros permet de varier les sons obtenus : plus doux et graves lorsque le micro est près du manche, plus sec, aigu et incisif lorsque le micro est proche du cordier ou chevalet (voire vibrato). Les guitares comportent en général 2 ou 3 micros (simples ou doubles) et un sélecteur à 3 ou 5 positions. La polyvalence des sonorités est liée aux positions offertes par ces sélecteurs (switches en anglais).

L'électronique est complétée par des potentiomètres de volume et de tonalité qui sont des variateurs du niveau de sortie de l'instrument (Volume) et de la couleur tonale (Tone) des sons produits. Ce sont des simples potentiomètres qui activent ou non le passage d'un signal (pour le volume) et jouent le rôle de filtre sur les graves pour la tonalité.

La fiche de sortie (fiche jack) du signal transcrit par les micros est située soit sur la table (modèles Fender Stratocaster ou copies) dans une cavité métallique, soit sur la "tranche" du corps dirigeant le câble vers le bas, ce qui peut être une source d'inconvénients lorsque l'on souhaite jouer assis sur un lit, par exemple, car la fiche doit être coudée pour permettre de ne pas débrancher le jack ou tordre la fiche !

Le chevalet ou cordier et le vibrato

C'est la partie qui permet d'attacher les cordes au corps de la guitare en proposant une fixation rigide garantissant la tension des cordes (sur l'activation des clés au niveau des mécaniques sur la tête du manche. Cette partie est soit fixe (cordier), soit mobile. Un cordier fixe est une aubaine pour un débutant, permettant un réglage simple et efficace de l'instrument et assurant une bonne tenue de l'accord. Un système mobile est souvent rencontré : le vibrato, un chevalet mobile sur lequel peut venir se visser ou se bloquer une tige métallique (que l'on appelle tige ou bras de vibrato) permettant, en l'activant tel un levier, de modifier la tension des cordes et donc la hauteur des notes (généralement vers les graves).

Battle's guitar

Un dispositif plus sophistiqué, permettant des variations de tension extrêmement importantes, a été mis au point par la marque Floyd Rose. Il séduit les musiciens des styles hard-rock des années 1980, mais est quelque peu passé de mode. Ce système contraint à n'utiliser que l'accordage standard, et oblige de dévisser le mécanisme de blocage en haut du manche avec une clé Allen pour de simples opérations, comme l'accordage de l'instrument. Fiable, il reste très cher à fabriquer et augmente le prix de l'instrument. Cette partie métallique s'use particulièment et nécessite un certain entretien coûteux. Il est aussi difficile à installer sur une guitare qui n'est pas prévue pour (défonces dans le bois du corps, ...).

Battle's guitar

Outre un chevalet différent, il inclut un système de blocage des cordes au niveau du sillet afin de limiter fortement leur désaccordage, qui peut intervenir avec d'autres modèles de vibratos comme par exemple sur les Fender. L'accordage est stabilisé par le système de blocage, mais le réglage de ce dispositif est assez compliqué : le simple remplacement des cordes devient plus long, ce qui peut poser problème aux débutants qui n'ont pas forcément l'utilité de cette fonctionnalité et peinent à régler et stabiliser les points de fixation des cordes maintenus par des ressorts à l'arrière du corps de l'instrument.

L'amplification de la guitare électrique

L'ampli guitare est utilisé non seulement pour amplifier les sons d'une guitare électrique, mais aussi pour les colorer, c'est-à-dire altérer précisément leurs harmoniques et rajouter une tonalité particuliére au son de la guitare : brancher une guitare sur un ampli de chaîne hi-fi donnera un résultat décevant, alors qu'un amplificateur pour guitare électrique apportera un traitement particulier des fréquences haut-médium qui sont caractéristiques de la guitare électrique (sons clairs comme saturés).

L'ampli est constitué de trois sections :

Battle's guitar Battle's guitar

Les amplis guitare possèdent également une ou plusieurs sorties pour pouvoir brancher des effets auxiliaires, un casque, des pédales de contrôle ou d'autres haut-parleurs. Les amplis disposant de plusieurs canaux sont parfois pilotés par des pédaliers de commande pour la commutation entre les différents sons (clean / overdrive) et parfois l'activation ou non d'un effet couramment intégré à l'ampli, la réverbération.

Au minimum, un ampli devra présenter un réglage du niveau d'entré du signal de la guitare (plus il est élevé plus le son saturera), une égalisation (Tone, ou Bass, Middle et Treble pour basses, médiums et aigues) et un volume général. En jouant sur ces paramétres, il sera possible de régler un son clair comme distordu, de "creuser" ou développer certaines fréquences et de monter ou baisser le volume de l'appareil destiné au haut-parleur (ou à la sortie casque, très utile pour jouer sans engendrer de bruit pour les voisins ou sa famille).

Le saviez-vous ?

Les premiers amplis étaient à lampes (aussi dits "à tubes"), premier composant électronique permettant l'amplification d'un signal électrique.

Battle's guitar Battle's guitar Battle's guitar

La lampe, fragile capsule de verre sous vide, a été remplacée par le transistor : plus petit, moins gourmand en électricité, plus fiable, avec une amplification constante (linéarité), quelle que soit l'intensité du signal en entrée et enfin, pour un coût très modique de fabrication.

Cependant sa linéarité donne un son jugé plus froid et moins mélodieux.

La technologie des tubes (la grille notamment) est sensible aux vibrations entraînant une réverbération mécanique et une coloration chaude et "chantante". Les tubes ont une meilleure impédance et stockent mieux l'énergie : ils altèrent le signal en le saturant plus "en douceur" et peuvent supporter des pics d'intensités plus facilement (meilleure dynamique impulsionnelle). Ces propriétés font que pour un son équivalent un ampli à transistors devra être plus puissant que son équivalent à tubes.

Les trois principaux inconvénients du tube sont sa fragilité (chocs), son usure et son coût élevé. Il bénéficie d'un certain prestige culturel, sa sonorité étant considérée comme plus "chaleureuse" que celle d'un ampli à transistor, ce qui explique que la grande majorité des guitaristes préfère généralement de loin un ampli à lampes.

Les amplis à lampes étant plus chers et plus difficiles à maintenir en état car plus fragiles, les constructeurs ont trouvé le moyen de simuler la coloration du son que produit une lampe. La facilité et la fiabilité de ces simulations ont permis l'explosion du marché de la modélisation. La technologie offre une grande polyvalence, ces amplis permettent d'émuler les caractéristiques de plusieurs amplificateurs célèbres dans un seul appareil, et à moindre coût, puisque les amplificateurs émulés sont principalement des modéles à lampes très coûteux, généralement anciens et devenus rares.

Battle's guitar

Ainsi, un débutant pourra se satisfaire de la polyvalence offerte par un module simulant les meilleurs sons clairs des amplificateurs américains Fender, les plus beaux sons overdrive des amplificateurs britanniques Marshall ou Vox et les grosses distorsions des amplis californiens Mesa Boogie ou Soldano. Pour des raisons de droit de marque, différentes appellations masquent des simulations d'amplis célèbres, comme Fender = Black/Tweed, Vox = ACXX, Marshall = UK (Brit.), Mesa Boogie = Numetal et Soldano = US.

Les accessoires

Les câbles généralement sont blindés (câble instrument) au format jack mâle/mâle en 6,5 mm et de longueur variables. Ils permettent de connecter la guitare à l'ampli, il faut compter généralement une longueur de 3 mètres pour une utilisation dans chambre. Les câbles peuvent atteindre 6 mètres pour le jeu en groupe ou les petites scènes.

Battle's guitar

D'une manière générale, il ne faut pas lésiner sur leur prix, car le coût est garant de la qualité des matériaux utilisés. Le blindage, les prises, les soudures, la souplesse, ... De nouveaux câbles assez rigides ont vu le jour, certains ressemblent à des cordons de téléphone, d'autres à des cordages d'escalade, ... mais l'aspect est trompeur, rien ne vaut un bon câble, assez souple, avec des fiches correctes et d'aspect solide (certaines sont plaquées or pour éviter l'oxydation) et surtout légères (car les fiches mâles déforment, par leur poids, les fiches femelles des appareils comme les amplis, les effets, ...).

Battle's guitar

Les systèmes sans fil peuvent être une alternative aux câbles et sont placés entre la guitare et l'ampli ou le premier élément de la chaîne d'effets, afin de "libérer" le guitariste. Ils intègrent un préampli aux réglages sommaires qui modifient un peu le son et le niveau d'entrée dans les éléments de la chaîne du son, en boostant généralement plus les attaques. Favorables également à la récupération du larsen, ils sont délicats à utiliser pour les débutants et se destinent à des musiciens professionnels qui jouent "en live". Alimentés par pile, les dispositifs sont chers et inutiles pour les débutants, comme les musiciens de studio.

Battle's guitar

Les systèmes utilisent des fréquences HF qui réagissent parfois mal avec les grosses structures métalliques, et nécessitent une alimentation en pile neuve pour l'émetteur si l'on souhaite un très bon rendement. L'émetteur est normalement branché à la guitare par un cordon jack blindé assez court (20 à 50 cm) et logé dans la poche arrière du Jean ou fixé à la sangle de la guitare.

Battle's guitar

Les capodastres servent à provoquer un "barré" permanent au niveau du manche, afin de retrouver des positions de jeu plus aigues et plus évidentes à jouer dans des tonalités plus élevées. Parfois utilisé en guitare électrique lors du jeu en "open tunning", ils servent beaucoup aux joueurs de blues, et aux guitaristes acoustiques.

Les médiators et onglets ont des formes différentes et des épaisseurs variant de 0.33 mm à 2.0 mm. Ils sont le prolongement de nos doigts, les onglets s'y accrochant même ! Je dirais qu'un modèle standard médium fait 0,70 mm à 1.0 mm d'épaisseur, et convient à tous les types de jeux. Il n'y a pas vraiment de règle, il s'agit de jouer avec les médiators de longueur ou d'épaisseur qui conviendront le mieux. Cependant, plus le médiator est fin, moins le poignet devra être souple, ce qui peut séduire un débutant dans les "frottés" rythmiques. Plus le médiator est épais, plus l'attaque de la corde sera précise (utile en solo) mais plus le poignet devra faire preuve de travail et de souplesse pour réussir les passages rythmiques...

Battle's guitar

Les accordeurs sont indispensables surtout s'il s'agit de s'accorder dans un environnement bruyant (lors du jeu en groupe...). Autrement, l'élève s'accordera à l'oreille par dessus un disque, ce qui reste la méthode la plus intuitive... Toutefois, il faudra un accordeur pour tout changement de corde, afin de régler l'instrument avec précision. L'ajustement à l'oreille n'est que du "proche en proche"...

Battle's guitar

Assez coûteux (dès 20 €), en tout cas pour les modèles efficaces (70 €), ils sont chromatiques (repèrent les notes sur l'ensemble des fréquences) ou diatoniques (ne permettent qu'un réglage des 6 notes de l'accordage standard). Ils se branchent juste après la guitare avec un câble jack, ou s'insèrent entre la guitare et le premier effet, pour apporter toute correction en cours de jeu (format pédale, ou rack). D'autres modèles au format pince ne nécessitent aucun branchement, et sont pincés sur la tête de l'instrument pour capter la vibration de la corde sans avoir à être branchés.

Les produits d'entretien : attention, on y vient, ce n'est pas parce que la guitare est en bois qu'il faut utiliser des produits ménagers de traitement des meubles. Quelle erreur ! Ils contiennent des dérivés de silicone (ça glisse et ça brille sans retenir la poussière !) qui viennent se loger dans les micropores du vernis de la guitare (manche, corps, touche). En plus de tout boucher (pas de séchage prolongé possible des bois) ça attaque les substances qui composent le beau vernis de l'instrument.

Battle's guitar

On n'attend pas du buffet de mamie, le même type de "vieillissement" que celui de sa guitare ! En effet, un bois qui sèche est un bois qui devient plus dur, plus résistant, plus léger aussi, mais surtout plus sonnant. On recherche rarement ces propriétés au buffet...

Il existe alors divers traitements, sachant que des care kits ou kits d'entretien existent et sont moins chers que d'acheter les produits à l'unité. Les principaux traitements à appliquer sont d'abord sur les cordes, puis l'entretien et le nettoyage de la touche, effacer les traces et la poussière sur le corps et le manche, et enfin supprimer l'oxyde dû au dépôt procuré par la sueur sur les parties métalliques (vibrato ou cordier, mécaniques, ...).

Battle's guitar

Le pied de guitare est aussi appelé "stand" ; il est important qu'il soit bien stable (la garde au sol) et qu'il puisse recevoir votre instrument en laissant libre les branchements de fiches jack.

Des modèles qui tiennent la guitare par la tête existent et sont très bien, d'autres sont plutôt classiques et offrent deux bras de repos pour le bas du corps ou de la caisse. Des attaches, un peu dans le style des magasins, permettent aussi de suspendre au mur sa guitare par la tête. C'est le meilleur moyen de "l'entreposer", car même si elle est exposée à la poussière, elle est à l'air et le bois aime l'air et se bonifie en séchant. Attention toutefois de ne pas la laisser dans certaines pièces comme la cuisine (vapeurs, graisses, ...) ou le garage (courant d'air), ou bien l'exposer aux changements de température et/ou d'humidité comme la salle de bain voire la cave ou le grenier parfois.

Les housses et étuis : lorsqu'on se déplace ou pour protéger son instrument lorsqu'il n'est pas utilisé. Les housses sont maintenant robustes et rendent l'instrument facile à transporter (type sac à dos ou bandoulière). Les étuis, ou "flight-cases", sont plus chers mais offrent une protection de transport optimale dans les véhicules. Thermo-moulés, ils adoptent la forme des principales guitares et les protègent d'une coque solide.

Battle's guitar

Des outils assez simples deviennent rapidement indispensables dès qu'il s'agit de traiter de l'entretien de la guitare. On dénombre : une pince coupante pour monter les cordes, une manivelle pour enrouler les cordes, un diapason qui donne le La 440 Hz, ce qui correspond en accordage standard, à la note obtenue sur la corde de Mi aigu à la 5ième case, des tournevis plats et cruciformes pour les pièces mécaniques, des clés Allen pour les réglages type vibrato, pontets, truss-rod, ...

Battle's guitar

La sangle (ou courroie) en cuir, nylon ou matières synthétiques, et les attaches courroies "strap lock" sont des accessoires dans lesquels il s'agit de mettre le prix afin d'obtenir la qualité. La fixation d'origine d'une guitare sortie d'usine n'apporte pas grande satisfaction, et il vaut mieux envisager un remplacement des boutons en retenant des modèles adaptés à la sangle qui est plus un accessoire de mode !

Battle's guitar

Enfin, un bon recueil d'accords peut bien souvent aider à débloquer une situation délicate de transcription, et de soulager les méninges lorsque les diagrammes ne sont pas suffisamment mémorisés.

Les effets

Les effets de guitare sont de formes, de fonctions et de complémentarité aussi diverses que variées. À commencer par la multitude de noms aussi bizarres que les sons qu'ils produisent.

Battle's guitar

Les pédales sont des blocs individuels ne produisant généralement qu'un seul effet paramétrable (et mémorisable) au format d'interrupteur de sol (d'où le nom de pédale) permettant un enclenchement au pied, durant le jeu. Cette particularité lui donne la faculté d'être simple d'utilisation, pour un investissement réduit (la pédale + un câble supplémentaire + une pile d'alimentation).

Battle's guitar

Une autre considération sur cette configuration d'effet, c'est la qualité de l'effet trop souvent oubliée au détriment du nombre d'effets pouvant être traités par les processeurs de multi-effets : la pédale est un dispositif dédié au traitement numérique ou analogique de l'effet, et les composants ne sont pas dérivés de leurs fonctions à d'autres finalités comme c'est le cas sur un multi-effets où le même processeur numérique traite les distorsions, les répétitions et les modulations pour une qualité de traitement moins bonne.

Battle's guitar

Par exemple, pour un effet de chorus et de delay, ce sont les mêmes composants électroniques qui sont requis : des transistors à effet de champs. Dans un multi-effets à bas prix, le même composant sera mutualisé pour le rendu sonore alors que deux composants distincts tributaires de deux alimentations distinctes seront présents dans deux pédales séparées...

Battle's guitar

En contrepartie, le chaînage de deux pédales implique une connectique qui altère indéniablement le signal. Il est difficile voire impossible de ne pas dégrader le son sur un simple chaînage en ligne de 7 à 8 pédales... alors que le chaînage n'est plus physique, mais logique pour un multi-effets et donc ne pose pas ce problème lié au nombre ou à la longueur des câbles...

Battle's guitar

Le pendant des pédales, c'est le multi-effets au format de pédalier. Les constructeurs ont bien senti que l'apport de l'électronique permettait de produire des équipements complets satisfaisant les débutants (au détriment d'une qualité de traitement qui n'est pas systématiquement recherchée). Les multi-effets sont donc devenus logiquement plus nombreux et intègrent à la fois les émulations d'amplificateurs ainsi qu'une large palette d'effets de traitement du son.

Battle's guitar

Embarquant une électronique complexe permettant de supporter le traitement du signal de plusieurs effets simultanés, ils intègrent en plus, des fonctionnalités intéressantes comme une interface de navigation vers des programmes (sauvegarde de paramètres utilisateur / programmes d'usine), un module d'enregistrement de ses propres rythmiques pour jouer par-dessus, une interface audio permettant de s'enregistrer sur un ordinateur, ...

Battle's guitar

Enfin, ils sont complets et permettent de se dispenser d'outils complémentaires comme l'accordeur, disposent d'une sortie casque (plus de bruit, plus d'ampli), d'une boîte à rythmes pour s'entraîner,...

Ce format de pédalier, pratique pour la scène, est souvent décomposé par les professionnels en deux sections : les multi-effets au format rack, et le pédalier de contrôle permettant de contrôler plusieurs multi-effets, amplis, ...

Battle's guitar

Cette configuration permet également de piloter d'autres équipements au format Midi, comme un séquenceur, un clavier, une boîte à rythmes, un looper permettant de créer des passages enregistrés de sa propre guitare et de jouer par-dessus, ...

Dans le monde des effets, les constructeurs et les innovations techniques sont si nombreux que l'on en oublie les bases : un débutant a bien souvent besoin d'une bonne guitare et d'un ampli de travail qu'il complètera éventuellement d'un module d'effets et de distorsion numérique. Le fait de ne pas disposer d'ampli est à mon sens une erreur dans l'approche du son, d'autant que les modules numériques n'offrent que des émulations sans apporter la dynamique et le grain d'une pédale analogique de distorsion, par exemple, ou d'une wah-wah dédiée.

Battle's guitar

Conseils pour débuter

Il n'est pas nécessaire de disposer de la panoplie complète d'effets au tout début. C'est pourquoi le format de pédales est recommandé. Faciles à revendre, elles ne sont pas excessives à l'achat, même neuves, et permettent de se familiariser avec quelques sons avant d'investir dans un dispositif plus complet.

Une ou deux pédales de distorsion, un chorus et un delay suffisent à couvrir 80% des sonorités rock de 1960 à nos jours. Pour les 20% qui restent, ce sont généralement des processeurs de qualité professionnelle qui sont utilisés par vos artistes préférés, et le fait de se rapprocher du son en couplant de nouvelles pédales reste souvent futile.

Battle's guitar

Guide d'achat

La première guitare

Il faut privilégier le choix de sa première guitare au choix de l'ampli ou des effets : acheter une guitare neuve de préférence, même pour un prix d'entrée de gamme. En effet, il faut déjà connaître l'instrument pour savoir si un modèle d'occasion sera une bonne affaire. Et ce, quoi qu'en dise le vendeur, dont le métier est avant tout de vendre et non de faire plaisir ! Evitez les marques peu connues, en anticipant le fait de trouver des pièces de remplacement de manière assez standard en cas de réparation, et en envisageant toujours que ce premier modèle puisse être revendu pour acheter celui dont on rêve déjà !

Ne choisissez pas de modèle 7 cordes tout de suite, c'est déjà assez difficile de se dépatouiller des 6 qui restent. Choisissez une guitare en fonction de la forme de son manche, du confort qu'il procure à vos doigts, et de découpe de corps assez standard. Côté électronique, misez sur un modèle équipé au moins d'un micro double bobinage pour pouvoir jouer des sons saturés.

Conseil : investir dans une guitare de forme standard sans miser sur l'originalité ou le look. Ainsi, un bon instrument vaut dans les 250 € et pourra perdurer, même en tant que seconde guitare. Les guitares des packs sont souvent de bons instruments même si leur durée de vie est assez courte (5 ans maxi).

Les + : la polyvalence, la facilité d'obtenir plusieurs sons, le confort de jeu adapté à l'apprentissage.

Les - : le look, le prix (aussi cher qu'un pack), la solidité

Le premier ampli

Pour jouer dans sa chambre, rien ne sert d'avoir un ampli surpuissant. 10 ou 15 watts tout au plus sont suffisants. Cependant, les constructeurs ont mis longtemps à comprendre qu'il existait un marché de musiciens exigeants sur les critères de son, qui souhaitaient disposer d'un haut-parleur de qualité et d'une égalisation efficace pour une musicalité optimale.

Il existe en gros deux procédés de fabrication : les amplificateurs à transistors peu coûteux et ceux à lampes, de meilleure qualité de son, mais plus chers. Pour travailler l'instrument chez soi, privilégiez un petit ampli de 15 watts à transistors ou mieux pour un prix à plus élevé, un 5 watts à lampes (même d'occasion). Même s'il existe plusieurs technologies d'émulation numérique de plusieurs copies sonores d'amplis célèbres, il faut considérer le travail de l'instrument indépendamment du module qui offre la polyvalence avec lequel vous réaliserez un travail différent sur le son et non sur l'instrument.

Conseil : un bon petit ampli 15 watts à transistor (120 € neuf, ou 35 € d'occasion) sera votre compagnon d'étude. Simple à brancher, il vous accompagnera, même lorsque vous disposerez d'un ampli plus polyvalent (à émulations pour retrouver les sons de...) ou plus puissant (pour les répétitions ou les concerts), car il sera utilisé pour le travail de l'instrument, et uniquement l'acquisition des techniques de jeu, le développement du toucher, les positions de gammes et d'accords, l'harmonie, ...

Les + : la connexion directe au secteur et le branchement de la guitare, la sortie casque

Les - : pas d'effet, un son brut, le prix

Les effets

Pour jouer dans un lieu réduit (en général une chambre, un salon), il existe une alternative peu coûteuse et intéressante : brancher sa guitare dans un boîtier d'effets qui alors peut être utilisé avec un ampli d'étude, bien sûr, mais aussi et surtout un casque audio, une chaîne hi-fi ou la carte son LINE IN ou les haut-parleurs d'un ordinateur.

Conseil : un processeur d'effet n'est pas indispensable, cependant, il pourra être emporté facilement et permettre de jouer dans beaucoup de circonstances, notamment sur un ampli plus puissant ou au casque. certains fonctionnent sur pile, et permettent une utilisation nomade pour un faible encombrement...

Les + : amélioration du son, la prise casque, le prix (moins 100 € pour les premiers modèles), les réglages et paramètres

Les - : alimentation et/connectique spécifiques (piles, transformateurs, jacks supplémentaires), mais surtout la qualité des sons modules d'entrée de gamme qui est plus "fun" qu'exploitable

Les accessoires

Les accessoires ont un coût qui pèse dans la balance, d'autant qu'ils sont indispensables : le(s) câble(s), l'accordeur, les médiators, la sangle, la housse et le stand constituent un set minimal.

Conseil : privilégiez des câbles blindés de bonne qualité (25 €), ils constituent un bon investissement dans la durée. Un accordeur électronique à aiguille (20 €) sera requis dès le premier changement de corde ainsi que pour former son oreille aux notes justes (et repérer les intervalles sur le manche). Une housse de protection constitue un investissement non négligeable, mieux vaut privilégier les modèles assez épais (25 €).

Les + : prolonger la durée de vie du matériel et permettre un réglage efficace

Les - : le coût

Votre choix

Un pack presque complet vaut dans les 350 €, mais il propose du matériel d'entrée de gamme tant sur la guitare que sur l'ampli. Il faut y ajouter un processeur d'effets et quelques consommables (cordes, médiators, enrouleur de cordes, jack supplémentaire ...). On arrive vite à 500 €.

Le choix de composants vendus séparément conduit à un coût bien plus élevé (250 € pour la guitare + 120 € pour l'ampli + 75 € d'accessoires + consommables = 550 €) auquel il faut également ajouter un processeur d'effets et quelques consommables (cordes, médiators, enrouleur de cordes, jack supplémentaire ...), ce qui conduit à un budget arrondi de 700 € pour un matériel de qualité supérieure qui très certainement vous accompagnera dans la durée.

Pensez aux achats d'occasion, s'il n'est pas recommandé pour la guitare, le reste se trouve sur eBay, ou Le Bon Coin, voire dans les Cash Converters. Les accessoires et effets peuvent s'acheter neufs par correspondance sur Internet, notamment sur les sites de vente allemands qui affichent des prix assez bas jouant sur des volumes de commandes bien plus importants (pour l'Europe) que la boutique du coin de la rue, ou pire qu'il faut rejoindre après deux heures de voiture...